Μετάβαση στο περιεχόμενο

Guide créé par Christopher

Christopher

Guide créé par Christopher

Lieux emblématiques
Dressé sur son éperon rocheux et entouré de ses remparts édifiés sur l'ordre de François I°, St Paul est certainement l'un des plus beaux villages de Provence. La beauté du site, sa douceur de vivre et son exceptionnelle lumière ont inspiré de nombreux artistes, écrivains, poètes et peintres célèbres, dont certains y ont définitivement élu domicile. Vous pourrez d'ailleurs retrouver quelques une de ces fameuses signatures à la Fondation Maeght qui possède une importante collection de peintures, sculptures, dessins et oeuvres graphiques du XX°siècle. En vous promenant dans les petites ruelles si pittoresques du village, de la Porte Royale à la Porte Sud en passant par la Rue Grande (réservée aux piétons) vous découvrirez de magnifiques façades en pierre des XVI° et XVIII° siècles. Vous vous perdrez avec plaisir dans le lacis de ses ruelles charmantes où l'exubérance de ses jardins, ses petites places, ses fontaines anciennes, ses porches et fenêtres délicatement ouvragés font le bonheur des photographes. Vous pourrez également visiter quelques ateliers d'artisans d'art, galeries ou musées et faire un peu de shopping dans les boutiques provençales (souvent envahies de visiteurs l'été...). Depuis les remparts, vous aurez de superbes points de vue sur les collines des alentours, la Côte d'Azur et la mer bien sûr. Est-il besoin de souligner que les paysages sont ici grandioses... St Paul de Vence reste à la hauteur de sa réputation : un site exceptionnel... mais ne le répétez pas trop, St Paul demeure un petit village qui ne doit pas être défiguré par de vastes parkings pour convois d'autocars ! Lieu historique et incontournable. Célèbre pour tout les artistes ayant séjournés, Yves Montand, Simone Signoret, Picasso, Ariel Dombal etc.... Si possible essayé le restaurant La Colombe d'Or en été . Une institution du village avec ces peintures de Picasso. Sa terrasse dégage une atmosphère unique. Il faut par contre réserver à l'avance.
295
ντόπιοι προτείνουν
Saint Paul de Vence
295
ντόπιοι προτείνουν
Dressé sur son éperon rocheux et entouré de ses remparts édifiés sur l'ordre de François I°, St Paul est certainement l'un des plus beaux villages de Provence. La beauté du site, sa douceur de vivre et son exceptionnelle lumière ont inspiré de nombreux artistes, écrivains, poètes et peintres célèbres, dont certains y ont définitivement élu domicile. Vous pourrez d'ailleurs retrouver quelques une de ces fameuses signatures à la Fondation Maeght qui possède une importante collection de peintures, sculptures, dessins et oeuvres graphiques du XX°siècle. En vous promenant dans les petites ruelles si pittoresques du village, de la Porte Royale à la Porte Sud en passant par la Rue Grande (réservée aux piétons) vous découvrirez de magnifiques façades en pierre des XVI° et XVIII° siècles. Vous vous perdrez avec plaisir dans le lacis de ses ruelles charmantes où l'exubérance de ses jardins, ses petites places, ses fontaines anciennes, ses porches et fenêtres délicatement ouvragés font le bonheur des photographes. Vous pourrez également visiter quelques ateliers d'artisans d'art, galeries ou musées et faire un peu de shopping dans les boutiques provençales (souvent envahies de visiteurs l'été...). Depuis les remparts, vous aurez de superbes points de vue sur les collines des alentours, la Côte d'Azur et la mer bien sûr. Est-il besoin de souligner que les paysages sont ici grandioses... St Paul de Vence reste à la hauteur de sa réputation : un site exceptionnel... mais ne le répétez pas trop, St Paul demeure un petit village qui ne doit pas être défiguré par de vastes parkings pour convois d'autocars ! Lieu historique et incontournable. Célèbre pour tout les artistes ayant séjournés, Yves Montand, Simone Signoret, Picasso, Ariel Dombal etc.... Si possible essayé le restaurant La Colombe d'Or en été . Une institution du village avec ces peintures de Picasso. Sa terrasse dégage une atmosphère unique. Il faut par contre réserver à l'avance.
Gourdon est un magnifique village perché des Alpes-Maritimes, niché au bord d'une falaise à 760 mètres d'altitude. Surnommé le nid d'aigle, Gourdon surplombe les gorges du Loup et la place Victoria offre une vue magnifique sur le littoral situé à seulement 10 km à vol d'oiseau, de Nice à Théoule-sur-Mer. Il n'est donc pas étonnant que Gourdon soit classé parmi les "plus beaux villages de France". Le château, avec ses belles tours rondes, constitue un des monuments emblématiques de ce village. Il fut construit au XII° siècle sur les restes de l'édifice du IX° siècle, et complété au XVII° siècle. Il a abrité jusqu'il y a quelques année un Musée d'Histoire et un Musée des Arts décoratifs et de l'Art Moderne (MADAM). Ces musées sont aujourd'hui fermés mais il est possible de visiter les jardins du château, dessinés par Le Nôtre. A côté du château, vous serez aussi charmés par les belles maisons en pierres présentes dans tout le village ainsi que par les rues et ruelles où sont présents des magasins d'artisanat et de produits de la région. Plusieurs édifices religieux sont présents avec notamment une église Romane bâtie entre le X° et XII° siècle, la chapelle romane de Saint-Pons ou encore la chapelle Saint-Vincent. Plus de 500 mètres en contrebas, près des Gorges du Loup, s'étend le hameau du Pont du Loup. Vous y remarquerez d'énormes piliers qui sont les restes d'un viaduc détruit en 1944. Activités : De magnifiques randonnées sont à faire, notamment avec le GR51 qui longe les gorges du Loup. Surnommé "Balcon du Loup" ou encore "Balcon de la Côte d'Azur", le GR51 permet notamment d'admirer le Saut du Loup ou encore la Cascade de Courmes. Des chemins vous mèneront aussi vers le plateau de Cavillore ou encore le plateau de Caussols. Un ancien sentier muletier permet par ailleurs de relier le hameau du Pont du Loup au village perché de Gourdon, avec un parcours sportif et un dénivelé de plus de 500 mètres. Mais le nom du sentier, "le chemin du Paradis", est une belle invitation à tenter cette aventure. Les cyclistes trouveront un magnifique terrain de jeu pour rejoindre par exemple le plateau de Caussols ou le col de Vence. Les amateurs de parapente seront comblés avec de nombreux sites pour prendre son envol et admirer un panorama grandiose. Relief : Le point culminant de la commune se trouve à proximité du plateau de Caussols, avec le Haut Montet (1335 m). Population : Les habitants de Gourdon sont les Gourdonnais (452 habitants) (population légale 2007, INSEE). Communes proches : Châteauneuf-Grasse (à 9 km au sud), Courmes (à 10 km au nord-est), Caussols (à 11 km au nord-ouest), Cipières (à 12 km au nord), Gréolières (à 15 km au nord).
29
ντόπιοι προτείνουν
Gourdon
29
ντόπιοι προτείνουν
Gourdon est un magnifique village perché des Alpes-Maritimes, niché au bord d'une falaise à 760 mètres d'altitude. Surnommé le nid d'aigle, Gourdon surplombe les gorges du Loup et la place Victoria offre une vue magnifique sur le littoral situé à seulement 10 km à vol d'oiseau, de Nice à Théoule-sur-Mer. Il n'est donc pas étonnant que Gourdon soit classé parmi les "plus beaux villages de France". Le château, avec ses belles tours rondes, constitue un des monuments emblématiques de ce village. Il fut construit au XII° siècle sur les restes de l'édifice du IX° siècle, et complété au XVII° siècle. Il a abrité jusqu'il y a quelques année un Musée d'Histoire et un Musée des Arts décoratifs et de l'Art Moderne (MADAM). Ces musées sont aujourd'hui fermés mais il est possible de visiter les jardins du château, dessinés par Le Nôtre. A côté du château, vous serez aussi charmés par les belles maisons en pierres présentes dans tout le village ainsi que par les rues et ruelles où sont présents des magasins d'artisanat et de produits de la région. Plusieurs édifices religieux sont présents avec notamment une église Romane bâtie entre le X° et XII° siècle, la chapelle romane de Saint-Pons ou encore la chapelle Saint-Vincent. Plus de 500 mètres en contrebas, près des Gorges du Loup, s'étend le hameau du Pont du Loup. Vous y remarquerez d'énormes piliers qui sont les restes d'un viaduc détruit en 1944. Activités : De magnifiques randonnées sont à faire, notamment avec le GR51 qui longe les gorges du Loup. Surnommé "Balcon du Loup" ou encore "Balcon de la Côte d'Azur", le GR51 permet notamment d'admirer le Saut du Loup ou encore la Cascade de Courmes. Des chemins vous mèneront aussi vers le plateau de Cavillore ou encore le plateau de Caussols. Un ancien sentier muletier permet par ailleurs de relier le hameau du Pont du Loup au village perché de Gourdon, avec un parcours sportif et un dénivelé de plus de 500 mètres. Mais le nom du sentier, "le chemin du Paradis", est une belle invitation à tenter cette aventure. Les cyclistes trouveront un magnifique terrain de jeu pour rejoindre par exemple le plateau de Caussols ou le col de Vence. Les amateurs de parapente seront comblés avec de nombreux sites pour prendre son envol et admirer un panorama grandiose. Relief : Le point culminant de la commune se trouve à proximité du plateau de Caussols, avec le Haut Montet (1335 m). Population : Les habitants de Gourdon sont les Gourdonnais (452 habitants) (population légale 2007, INSEE). Communes proches : Châteauneuf-Grasse (à 9 km au sud), Courmes (à 10 km au nord-est), Caussols (à 11 km au nord-ouest), Cipières (à 12 km au nord), Gréolières (à 15 km au nord).
l faut un peu de temps pour apprivoiser Nice, cette cité éclectique. Évidemment, certaines images lui collent à la peau : la promenade des Anglais, les retraités en jogging et les dames avec leur petit chien, le Carnaval et sa bataille de fleurs et les « affaires » politico-financières passées. Alors évacuons ces clichés. Nice n’est plus franchement le paisible lieu de villégiature pour nantis de ce monde qu’elle était à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, ce grand centre urbain est devenu la 5e ville de France. Une ville tentaculaire qui, paradoxalement, souffre de son site exceptionnel, coincé entre la mer et l’amphithéâtre des collines. La ville veut vivre un pied dans l’eau, l’autre dans le futur. Environ 50 % de la population a moins de 40 ans. Et le futur, Nice se le rêve en petite sœur de Barcelone, voire en Miami bis (ville jumelée avec Nice), en mélangeant joyeusement les genres : bars branchés et retraités flashy, immeubles Art déco et rollers filant sur la Promenade, buildings de verre et d’acier sur fond de jardins. Nice change, Nice a déjà changé. Elle brasse aujourd’hui les classes d’âge. Si Nice est une grande ville moderne, caressant des ambitions européennes déclarées, c’est aussi une cité où l’on passe du centre à la plage en 5 mn. Un lieu vivant et animé toute l’année. Une cité à laquelle l’histoire a laissé de nombreux quartiers à la personnalité marquée : le vieux Nice, charmant, forcément bruyant et touristique mais toujours populaire ; les élégants édifices Belle Époque du centre-ville ; les folies architecturales de Carabacel, de Cimiez ou du mont Boron ; les musées d’exception (Matisse, Chagall, d’Art moderne...) ; des espaces d’expression pour l’art contemporain ; une baie aux contours parfaits, ourlée d’une promenade exceptionnelle ; et une campagne provençale sur des collines où une poignée d’irréductibles continue à faire vivre un vignoble... Avec sa douceur de vivre intemporelle, Nice n’en finit décidément pas de charmer non seulement ses habitants, ses habitués, mais aussi ses visiteurs. Vieille ville sympa, quartier du Port, Colline du chateau, Place Garibaldi, Quartier de Cimiez avec vestiges Romains et son musé Matisse, Gare du Sud, Promenade des Anglais. Une très belle ville à visiter .
216
ντόπιοι προτείνουν
Nice
216
ντόπιοι προτείνουν
l faut un peu de temps pour apprivoiser Nice, cette cité éclectique. Évidemment, certaines images lui collent à la peau : la promenade des Anglais, les retraités en jogging et les dames avec leur petit chien, le Carnaval et sa bataille de fleurs et les « affaires » politico-financières passées. Alors évacuons ces clichés. Nice n’est plus franchement le paisible lieu de villégiature pour nantis de ce monde qu’elle était à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, ce grand centre urbain est devenu la 5e ville de France. Une ville tentaculaire qui, paradoxalement, souffre de son site exceptionnel, coincé entre la mer et l’amphithéâtre des collines. La ville veut vivre un pied dans l’eau, l’autre dans le futur. Environ 50 % de la population a moins de 40 ans. Et le futur, Nice se le rêve en petite sœur de Barcelone, voire en Miami bis (ville jumelée avec Nice), en mélangeant joyeusement les genres : bars branchés et retraités flashy, immeubles Art déco et rollers filant sur la Promenade, buildings de verre et d’acier sur fond de jardins. Nice change, Nice a déjà changé. Elle brasse aujourd’hui les classes d’âge. Si Nice est une grande ville moderne, caressant des ambitions européennes déclarées, c’est aussi une cité où l’on passe du centre à la plage en 5 mn. Un lieu vivant et animé toute l’année. Une cité à laquelle l’histoire a laissé de nombreux quartiers à la personnalité marquée : le vieux Nice, charmant, forcément bruyant et touristique mais toujours populaire ; les élégants édifices Belle Époque du centre-ville ; les folies architecturales de Carabacel, de Cimiez ou du mont Boron ; les musées d’exception (Matisse, Chagall, d’Art moderne...) ; des espaces d’expression pour l’art contemporain ; une baie aux contours parfaits, ourlée d’une promenade exceptionnelle ; et une campagne provençale sur des collines où une poignée d’irréductibles continue à faire vivre un vignoble... Avec sa douceur de vivre intemporelle, Nice n’en finit décidément pas de charmer non seulement ses habitants, ses habitués, mais aussi ses visiteurs. Vieille ville sympa, quartier du Port, Colline du chateau, Place Garibaldi, Quartier de Cimiez avec vestiges Romains et son musé Matisse, Gare du Sud, Promenade des Anglais. Une très belle ville à visiter .
Le Vieil Antibes est le véritable poumon d’Antibes. Situé entre le port, la gare SNCF, le boulevard Albert 1er et la mer, le Vieil Antibes est un véritable labyrinthe de petites ruelles étroites cachant des ateliers d’artistes, de petites boutiques, des pubs et des restaurants. Suivez notre guide pour découvrir les sites incontournables à visiter dans le vieil Antibes pendant votre séjour sur la Côte d’Azur La Porte Marine : le point d’entrée du vieil Antibes à partir du Vieux Port La Porte Marine, en face du Vieux Port, est l’entrée principale du Vieil Antibes. En prenant la première sur la droite après cette porte (en passant devant la fontaine de l’Aguillon), on tombe sur le boulevard d’Aguillon qui est le centre vivant de la vieille ville, surtout le soir en plein été ou les week-ends. Envahie par les terrasses des pubs anglais, des restaurants et des stands artisanaux, les touristes et les locaux se donnent rendez-vous sur cette allée pour profiter des soirées antiboises. La rue Thuret permet de se rendre jusqu’à la Place Nationale avec au passage quelques restaurants. Autour de la Place Nationale, vous trouverez plusieurs cafés théâtres, le musée Peynet et quelques terrasses de restaurants. De la Place Nationale, dirigez-vous en direction de la Rue de la République. C’est l’artère commerçante (ou rue Piétonne) d’Antibes. Cette rue est surtout animée en journée avec de nombreux commerces, idéal pour faire du shopping ou pour se restaurer rapidement (mais ce n'est pas les meilleurs restaurants d'Antibes). Derrière cette rue piétonne (à l’opposé de la Poste), on trouve de nombreuses petites ruelles avec de petites boutiques et quelques ateliers d’artisans. Le château des Grimaldi est l’une des attractions du Vieil-Antibes. Celui-ci abrite le Musée Picasso. Profitez de son parvis pour admirer la vue sur les remparts et la mer. A deux pas, en contre-bas, la cathédrale complète ce joyau architectural. Descendez jusqu’à la place du Massena (face à l’hôtel de Ville) pour vous balader sous le marché couvert où les paysans du coin viennent vendre leurs productions tous les matins. A partir de la Place de Révély, on peut accéder à la promenade de l’Amiral de Grasse et sur ses remparts. Belle vue sur le port Vauban, le fort Carré, les Alpes, la baie des Anges d’un côté et le Cap d’Antibes de l’autre. En contrebas de cette promenade, la commune libre du Safranier avec ses ruelles fleuries et ses maisons typiques.
200
ντόπιοι προτείνουν
Antibes
200
ντόπιοι προτείνουν
Le Vieil Antibes est le véritable poumon d’Antibes. Situé entre le port, la gare SNCF, le boulevard Albert 1er et la mer, le Vieil Antibes est un véritable labyrinthe de petites ruelles étroites cachant des ateliers d’artistes, de petites boutiques, des pubs et des restaurants. Suivez notre guide pour découvrir les sites incontournables à visiter dans le vieil Antibes pendant votre séjour sur la Côte d’Azur La Porte Marine : le point d’entrée du vieil Antibes à partir du Vieux Port La Porte Marine, en face du Vieux Port, est l’entrée principale du Vieil Antibes. En prenant la première sur la droite après cette porte (en passant devant la fontaine de l’Aguillon), on tombe sur le boulevard d’Aguillon qui est le centre vivant de la vieille ville, surtout le soir en plein été ou les week-ends. Envahie par les terrasses des pubs anglais, des restaurants et des stands artisanaux, les touristes et les locaux se donnent rendez-vous sur cette allée pour profiter des soirées antiboises. La rue Thuret permet de se rendre jusqu’à la Place Nationale avec au passage quelques restaurants. Autour de la Place Nationale, vous trouverez plusieurs cafés théâtres, le musée Peynet et quelques terrasses de restaurants. De la Place Nationale, dirigez-vous en direction de la Rue de la République. C’est l’artère commerçante (ou rue Piétonne) d’Antibes. Cette rue est surtout animée en journée avec de nombreux commerces, idéal pour faire du shopping ou pour se restaurer rapidement (mais ce n'est pas les meilleurs restaurants d'Antibes). Derrière cette rue piétonne (à l’opposé de la Poste), on trouve de nombreuses petites ruelles avec de petites boutiques et quelques ateliers d’artisans. Le château des Grimaldi est l’une des attractions du Vieil-Antibes. Celui-ci abrite le Musée Picasso. Profitez de son parvis pour admirer la vue sur les remparts et la mer. A deux pas, en contre-bas, la cathédrale complète ce joyau architectural. Descendez jusqu’à la place du Massena (face à l’hôtel de Ville) pour vous balader sous le marché couvert où les paysans du coin viennent vendre leurs productions tous les matins. A partir de la Place de Révély, on peut accéder à la promenade de l’Amiral de Grasse et sur ses remparts. Belle vue sur le port Vauban, le fort Carré, les Alpes, la baie des Anges d’un côté et le Cap d’Antibes de l’autre. En contrebas de cette promenade, la commune libre du Safranier avec ses ruelles fleuries et ses maisons typiques.
Avec le massif du Mercantour en toile de fond, Villeneuve-Loubet se situe entre Cagnes-sur mer et Antibes, à l'embouchure du Loup, dans les Alpes-Maritimes. Cette commune comptant aujourd'hui 15.000 habitants est en fait la réunion de deux anciens villages : Villeneuve à l'intérieur des terres et Loubet, sur les rives de la Méditerranée. Dressé sur une colline, le village historique est resté le centre de Villeneuve-Loubet. Construit en escalier, il se parcourt à travers des ruelles escarpées, bordées de façades colorées et aux balcons fleuris. Le village est surplombé par une église et un château, caché derrière une muraille, au milieu d'un parc de 10 hectares composés d'essences méditerranéenne et exotiques. Changement de décor sur la côte où Villeneuve-Loubet présente davantage les traits d'une ville nouvelle. En particulier du côté de la Marina baie des anges. Quatre pyramides géantes et ondulantes, évoquant d'immenses vagues blanches, abritent près de 1.500 logements. Ces immeubles surplombent un port de plaisance d'une capacité de 530 mouillages. L'ensemble a reçu le label patrimoine du XXe siècle. De part et d'autres de cette marina, Villeneuve-Loubet dispose de 4 km de plages. De galets pour les plages naturelles mais deux espaces de sable ont aussi été aménagés à l'entrée ouest de la commune. Citée boisée, plus de la moitié de la commune est couverte par deux parcs naturels départementaux. Le parc de Vaugrenier est un immense jardin d'une centaine d'hectares où ont été mis à jour des vestiges archéologiques dont un temple dédié à Mercure ; le parc naturel des Rives du Loup permet une promenade le long de ce petit fleuve côtier. La période entre mai et octobre est la plus propice pour un séjour à Villeneuve-Loubet. Pour éviter les hordes de touristes, mieux vaut privilégier le printemps et l'automne. Visites à Villeneuve Loubet C'est à Villeneuve-Loubet qu'a vu le jour Auguste Escoffier, « roi des cuisiniers et cuisiniers des rois », en 1846. Installé dans sa maison natale, un musée est consacré au plus illustre des chefs français, créateur entre autres de la pêche Melba. Souvenirs, objets et ustensiles d'époque, riche documentation, collection de menus, expositions temporaires sont visibles dans huit salles d'exposition. « Villeneuve-Loubet est une station au label Kid. De fait, de nombreux équipements s'adressent aux enfants et un riche programme d'activités aquatiques ou nature est concocté pendant les vacances scolaires. Ce qui fait de cette cité balnéaire une destination idéale pour des vacances en famille au bord de la Grande Bleue. » Transports et déplacements à Villeneuve Loubet Par la route, on accède à Villeneuve-Loubet par les sorties n°46 ou 47 sur l'autoroute A8. L'aéroport international Nice Côte-d'Azur se situe à environ dix minutes. Les gares TGV les plus proches sont celles d'Antibes et de Nice, il faudra ensuite prendre un TER jusqu'à Villeneuve-Loubet. On peut aussi y arriver par bateau et accoster à la Marina baie des anges. Sorties à Villeneuve Loubet C'est sur le front de mer et plus particulièrement à la Marina baies des anges que l'on trouve le plus grand nombre de restaurants mais aussi des bars, des clubs lounge et plusieurs discothèques où danser jusqu'au bout de la nuit. Pour dîner dans une ambiance plus calme, quelques restaurants sont également ouverts dans le village.
24
ντόπιοι προτείνουν
Villeneuve-Loubet
24
ντόπιοι προτείνουν
Avec le massif du Mercantour en toile de fond, Villeneuve-Loubet se situe entre Cagnes-sur mer et Antibes, à l'embouchure du Loup, dans les Alpes-Maritimes. Cette commune comptant aujourd'hui 15.000 habitants est en fait la réunion de deux anciens villages : Villeneuve à l'intérieur des terres et Loubet, sur les rives de la Méditerranée. Dressé sur une colline, le village historique est resté le centre de Villeneuve-Loubet. Construit en escalier, il se parcourt à travers des ruelles escarpées, bordées de façades colorées et aux balcons fleuris. Le village est surplombé par une église et un château, caché derrière une muraille, au milieu d'un parc de 10 hectares composés d'essences méditerranéenne et exotiques. Changement de décor sur la côte où Villeneuve-Loubet présente davantage les traits d'une ville nouvelle. En particulier du côté de la Marina baie des anges. Quatre pyramides géantes et ondulantes, évoquant d'immenses vagues blanches, abritent près de 1.500 logements. Ces immeubles surplombent un port de plaisance d'une capacité de 530 mouillages. L'ensemble a reçu le label patrimoine du XXe siècle. De part et d'autres de cette marina, Villeneuve-Loubet dispose de 4 km de plages. De galets pour les plages naturelles mais deux espaces de sable ont aussi été aménagés à l'entrée ouest de la commune. Citée boisée, plus de la moitié de la commune est couverte par deux parcs naturels départementaux. Le parc de Vaugrenier est un immense jardin d'une centaine d'hectares où ont été mis à jour des vestiges archéologiques dont un temple dédié à Mercure ; le parc naturel des Rives du Loup permet une promenade le long de ce petit fleuve côtier. La période entre mai et octobre est la plus propice pour un séjour à Villeneuve-Loubet. Pour éviter les hordes de touristes, mieux vaut privilégier le printemps et l'automne. Visites à Villeneuve Loubet C'est à Villeneuve-Loubet qu'a vu le jour Auguste Escoffier, « roi des cuisiniers et cuisiniers des rois », en 1846. Installé dans sa maison natale, un musée est consacré au plus illustre des chefs français, créateur entre autres de la pêche Melba. Souvenirs, objets et ustensiles d'époque, riche documentation, collection de menus, expositions temporaires sont visibles dans huit salles d'exposition. « Villeneuve-Loubet est une station au label Kid. De fait, de nombreux équipements s'adressent aux enfants et un riche programme d'activités aquatiques ou nature est concocté pendant les vacances scolaires. Ce qui fait de cette cité balnéaire une destination idéale pour des vacances en famille au bord de la Grande Bleue. » Transports et déplacements à Villeneuve Loubet Par la route, on accède à Villeneuve-Loubet par les sorties n°46 ou 47 sur l'autoroute A8. L'aéroport international Nice Côte-d'Azur se situe à environ dix minutes. Les gares TGV les plus proches sont celles d'Antibes et de Nice, il faudra ensuite prendre un TER jusqu'à Villeneuve-Loubet. On peut aussi y arriver par bateau et accoster à la Marina baie des anges. Sorties à Villeneuve Loubet C'est sur le front de mer et plus particulièrement à la Marina baies des anges que l'on trouve le plus grand nombre de restaurants mais aussi des bars, des clubs lounge et plusieurs discothèques où danser jusqu'au bout de la nuit. Pour dîner dans une ambiance plus calme, quelques restaurants sont également ouverts dans le village.
Biot, perchée sur une butte, ceinte de remparts achevés en 1566 est riche d'événements historiques : invasions, ruines, épidémies… La ville a été le Siège d'une Commanderie des Templiers en 1209, puis des Chevaliers de Malte en 1312. Situé dans les Alpes-Maritimes, à quelques kilomètres de la mer, sa végétation est riche de roses, mimosas, œillets et ses ruelles irrégulières sont d'un charme total. Avec ses 10 000 habitants, Biot est une commune très vivante et très tournée vers l'artisanat d'art. Au détour d'une rue, vous croiserez onze verriers toujours en activité, six créateurs-bijoutiers, des céramistes, des peintres, un atelier de ferronnerie d'art, un autre de tapisserie... Pendant des siècles et jusqu'en 1950, la commune était la principale exportatrice de jarres. En 1997 elle est labellisée « Ville et Métiers d'Art » pour le verre. Fondée par Éloi et Lucette Monod en 1956, la Verrerie de Biot a été la première à ouvrir son atelier au public, une société familiale au savoir-faire unique. Sa spécialité ? Le verre bullé. Cette technique d'emprisonnement de la bulle entre deux couches de verre, a fait la renommée mondiale de la Verrerie de Biot. Chaque pièce est unique et la verrerie est toujours aussi prisée. Aujourd'hui, son maître verrier l'artiste Jean-Claude Novaro, a donné naissance à un verre luminescent, qui brille dans le noir ! Un procédé unique au monde. La commune jouxte également la première technopole d'Europe, créé en 1970 : Sophia Antipolis. On y retrouve les centres de recherche de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), de l'INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et automatique), du CNRS, de l'Université de Nice Sophia Antipolis, aux côtés des entreprises de haute technologie. Les biotois aiment les traditions et les fêtes parce qu'elles ponctuent les saisons : Le Mimosa en hiver, la Fête des Vendanges à la fin de l'été, la Castagnade en automne ou encore la Fête patronale de la Saint-Julien.
89
ντόπιοι προτείνουν
Biot
89
ντόπιοι προτείνουν
Biot, perchée sur une butte, ceinte de remparts achevés en 1566 est riche d'événements historiques : invasions, ruines, épidémies… La ville a été le Siège d'une Commanderie des Templiers en 1209, puis des Chevaliers de Malte en 1312. Situé dans les Alpes-Maritimes, à quelques kilomètres de la mer, sa végétation est riche de roses, mimosas, œillets et ses ruelles irrégulières sont d'un charme total. Avec ses 10 000 habitants, Biot est une commune très vivante et très tournée vers l'artisanat d'art. Au détour d'une rue, vous croiserez onze verriers toujours en activité, six créateurs-bijoutiers, des céramistes, des peintres, un atelier de ferronnerie d'art, un autre de tapisserie... Pendant des siècles et jusqu'en 1950, la commune était la principale exportatrice de jarres. En 1997 elle est labellisée « Ville et Métiers d'Art » pour le verre. Fondée par Éloi et Lucette Monod en 1956, la Verrerie de Biot a été la première à ouvrir son atelier au public, une société familiale au savoir-faire unique. Sa spécialité ? Le verre bullé. Cette technique d'emprisonnement de la bulle entre deux couches de verre, a fait la renommée mondiale de la Verrerie de Biot. Chaque pièce est unique et la verrerie est toujours aussi prisée. Aujourd'hui, son maître verrier l'artiste Jean-Claude Novaro, a donné naissance à un verre luminescent, qui brille dans le noir ! Un procédé unique au monde. La commune jouxte également la première technopole d'Europe, créé en 1970 : Sophia Antipolis. On y retrouve les centres de recherche de l'INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), de l'INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et automatique), du CNRS, de l'Université de Nice Sophia Antipolis, aux côtés des entreprises de haute technologie. Les biotois aiment les traditions et les fêtes parce qu'elles ponctuent les saisons : Le Mimosa en hiver, la Fête des Vendanges à la fin de l'été, la Castagnade en automne ou encore la Fête patronale de la Saint-Julien.
La ville de Cannes est mondialement connue pour son prestigieux festival International du Film, qui se tient chaque année en mai au palais des Festivals et des Congrès. De somptueux palaces, notamment de style Belle Epoque, et des boutiques de luxe bordent la Croisette, célèbre boulevard longeant la mer et ses plages de sable. Le Suquet, vieux centre cannois, a conservé son atmosphère pittoresque et abrite de nombreux restaurants. L'été, le festival d'Art Pyrotechnique permet d'admirer de magnifiques feux d'artifices. Cannes est située au coeur de la Côte d'Azur, à l'est, à seulement 27 km de l'aéroport de Nice Côte d'Azur et à l'ouest, à 4,5 km de l'aéroport de Cannes-Mandelieu qui a pour affectation l'aviation générale de tourisme et d'affaires. Bordée au sud par des plages de sable fin, Cannes est entourée au nord des communes et villages tels que Le Cannet, La Roquette-sur-Siagne, Mougins et Vallauris. L'historien grec Polybe qui vivait au IIe siècle avant notre ère parle d'une ville : Aegyptna, détruite par les Romains. Certains "historiens" cannois désireux de se doter d'ancêtres illustres l'ont située à Cannes. Les spécialistes sont maintenant d'accord pour rejeter cette localisation. En fait on ne sait pas où elle se trouvait. Ce que nous savons c'est qu'ici, dans la protohistoire, les premiers "touristes" furent les Ligures. C'est eux qui, vraisemblablement, s'installèrent sur le promontoire (le Suquet aujourd'hui). Ils y bâtirent un camp fortifié : un oppidum. Depuis leur belvédère ils observaient leurs congénères qui s'étaient, eux aussi, fortifiés sur l'éminence rocheuse où se trouve actuellement le fort Vauban, sur l'île Sainte-Marguerite. Au sommet de la ville s'élevait un poste fortifié Romain appelé Castrum (nom actuel la Castre). En l'An 1000, les moines de Lérins en deviennent propriétaires. Les moines, pour se protéger des Sarrasins commencent la construction de la Tour et des remparts. De 900 à la fin du XVe, l'histoire du Suquet est étroitement liée au Monastère bien qu'en 1447, la ville se transforme en municipalité. Les moines lâchent un peu leur emprise contre obéissance, mais restent tout de même très présents. La rue Saint Antoine, est l'une des rues les plus anciennes de Cannes, elle comportait 40 commerçants. En 1500, la veille ville ne comportait pas d'escalier, les rues étaient toutes en pente avec un canal au milieu dans lequel on jetait les eaux usées et les détritus. Au XIXe, gros travaux d'assainissement, destruction des maisons en ruine... Aujourd'hui, la rue Saint Antoine est un haut lieu de la gastronomie locale. C'est grâce à des circonstances imprévisibles que Cannes devint un lieu de villégiature hivernale ; en effet afin d'arrêter une épidémie de choléra, des mesures draconiennes furent imposées par la ville de Nice aux voyageurs qui se dirigeaient vers l'Italie. En novembre 1834, la berline du Chancelier anglais Lord Brougham, fut immobilisée au pont du Var. Dans l'impossibilité de se rendre à Gênes, le Chancelier fit demi-tour vers la petite cité de Cannes, s'arrêta à l'hôtel Pinchinat pour y passer la nuit. La beauté du site et la gentillesse des autochtones l'incitèrent à y séjourner plus longtemps. Il ne devait plus en repartir, il vécut à Cannes 34 ans et devait y mourir à l'âge de 90 ans en 1868. Grâce à lui, le site cannois devint un lieu marquant de la colonie anglaise. A partir de cette date, Cannes commença à sentir les effets bénéfiques de l'implantation d'une colonie d'hivernants britanniques et des progrès du commerce avec les relations terrestres plus aisées vers l'extérieur. En 1871, elle dépassent les 10 000 habitants, devenant ainsi la deuxième ville de l'arrondissement de Grasse. L'élan était donné, en 1870 on dénombrait dans la cité, équipées d'égouts, d'éclairage au gaz et eau potable, 215 villas, 34 hôtels et plusieurs édifices religieux de divers cultes. Le gotha allemand, russe, suisse avait suivi l'exemple de celui du Royaume Uni, et Prosper Mérimée, qui était venu à Cannes en qualité d'inspecteur des monuments historiques, fit découvrir à la "gentry" les charmes de la ville. Les îles de Lérins : A quelques encablures de La Croisette, face à la baie de Cannes, les îles de Lérins vous souhaitent la bienvenue. Dans un cadre idyllique à la nature préservée, ces joyaux de Méditerranée offrent aux visiteurs une collection unique alliant faune et flore ainsi qu'une histoire singulière mêlant les mystères du Masque de fer avec la quiétude des moines cisterciens, véritables havres de paix. Tout ici invite à la découverte.
264
ντόπιοι προτείνουν
Cannes
264
ντόπιοι προτείνουν
La ville de Cannes est mondialement connue pour son prestigieux festival International du Film, qui se tient chaque année en mai au palais des Festivals et des Congrès. De somptueux palaces, notamment de style Belle Epoque, et des boutiques de luxe bordent la Croisette, célèbre boulevard longeant la mer et ses plages de sable. Le Suquet, vieux centre cannois, a conservé son atmosphère pittoresque et abrite de nombreux restaurants. L'été, le festival d'Art Pyrotechnique permet d'admirer de magnifiques feux d'artifices. Cannes est située au coeur de la Côte d'Azur, à l'est, à seulement 27 km de l'aéroport de Nice Côte d'Azur et à l'ouest, à 4,5 km de l'aéroport de Cannes-Mandelieu qui a pour affectation l'aviation générale de tourisme et d'affaires. Bordée au sud par des plages de sable fin, Cannes est entourée au nord des communes et villages tels que Le Cannet, La Roquette-sur-Siagne, Mougins et Vallauris. L'historien grec Polybe qui vivait au IIe siècle avant notre ère parle d'une ville : Aegyptna, détruite par les Romains. Certains "historiens" cannois désireux de se doter d'ancêtres illustres l'ont située à Cannes. Les spécialistes sont maintenant d'accord pour rejeter cette localisation. En fait on ne sait pas où elle se trouvait. Ce que nous savons c'est qu'ici, dans la protohistoire, les premiers "touristes" furent les Ligures. C'est eux qui, vraisemblablement, s'installèrent sur le promontoire (le Suquet aujourd'hui). Ils y bâtirent un camp fortifié : un oppidum. Depuis leur belvédère ils observaient leurs congénères qui s'étaient, eux aussi, fortifiés sur l'éminence rocheuse où se trouve actuellement le fort Vauban, sur l'île Sainte-Marguerite. Au sommet de la ville s'élevait un poste fortifié Romain appelé Castrum (nom actuel la Castre). En l'An 1000, les moines de Lérins en deviennent propriétaires. Les moines, pour se protéger des Sarrasins commencent la construction de la Tour et des remparts. De 900 à la fin du XVe, l'histoire du Suquet est étroitement liée au Monastère bien qu'en 1447, la ville se transforme en municipalité. Les moines lâchent un peu leur emprise contre obéissance, mais restent tout de même très présents. La rue Saint Antoine, est l'une des rues les plus anciennes de Cannes, elle comportait 40 commerçants. En 1500, la veille ville ne comportait pas d'escalier, les rues étaient toutes en pente avec un canal au milieu dans lequel on jetait les eaux usées et les détritus. Au XIXe, gros travaux d'assainissement, destruction des maisons en ruine... Aujourd'hui, la rue Saint Antoine est un haut lieu de la gastronomie locale. C'est grâce à des circonstances imprévisibles que Cannes devint un lieu de villégiature hivernale ; en effet afin d'arrêter une épidémie de choléra, des mesures draconiennes furent imposées par la ville de Nice aux voyageurs qui se dirigeaient vers l'Italie. En novembre 1834, la berline du Chancelier anglais Lord Brougham, fut immobilisée au pont du Var. Dans l'impossibilité de se rendre à Gênes, le Chancelier fit demi-tour vers la petite cité de Cannes, s'arrêta à l'hôtel Pinchinat pour y passer la nuit. La beauté du site et la gentillesse des autochtones l'incitèrent à y séjourner plus longtemps. Il ne devait plus en repartir, il vécut à Cannes 34 ans et devait y mourir à l'âge de 90 ans en 1868. Grâce à lui, le site cannois devint un lieu marquant de la colonie anglaise. A partir de cette date, Cannes commença à sentir les effets bénéfiques de l'implantation d'une colonie d'hivernants britanniques et des progrès du commerce avec les relations terrestres plus aisées vers l'extérieur. En 1871, elle dépassent les 10 000 habitants, devenant ainsi la deuxième ville de l'arrondissement de Grasse. L'élan était donné, en 1870 on dénombrait dans la cité, équipées d'égouts, d'éclairage au gaz et eau potable, 215 villas, 34 hôtels et plusieurs édifices religieux de divers cultes. Le gotha allemand, russe, suisse avait suivi l'exemple de celui du Royaume Uni, et Prosper Mérimée, qui était venu à Cannes en qualité d'inspecteur des monuments historiques, fit découvrir à la "gentry" les charmes de la ville. Les îles de Lérins : A quelques encablures de La Croisette, face à la baie de Cannes, les îles de Lérins vous souhaitent la bienvenue. Dans un cadre idyllique à la nature préservée, ces joyaux de Méditerranée offrent aux visiteurs une collection unique alliant faune et flore ainsi qu'une histoire singulière mêlant les mystères du Masque de fer avec la quiétude des moines cisterciens, véritables havres de paix. Tout ici invite à la découverte.
Ce qui surprend le plus quand on arrive en Principauté de Monaco, c'est cet enchevêtrement unique de territoires où les gratte-ciels élancés vers le ciel côtoient d'imposants immeubles et encerclent de jolies - mais rares - villas résistant tant bien que mal au développement économique, social, technologique et commercial du pays. En raison de l'exiguïté du territoire, la construction de tours d'habitation s'est en effet multipliée depuis les années 1970 modifiant considérablement le paysage de la Principauté. Le territoire monégasque apparaît comme une terre de contrastes, entre traditions et innovations à la pointe de la modernité. Baladez-vous et flânez dans les rues où vous serez surpris par la beauté et la curiosité architecturale de nombreuses maisons et immeubles dont les façades sculptées, et magnifiquement conservées, datent de 1870 à 1940, une époque florissante pour ce pays. Et pour cause : les styles Belle Époque, Art déco, Art nouveau, classique et contemporain coexistent et se mêlent avec éclat dans un équilibre parfait avec le verre, le métal, le béton ou l'acier des constructions modernes dont certaines sont d'ailleurs véritables prouesses technologiques. A Monaco, les journées et les nuits se suivent et ne se ressemblent pas car les distractions et les festivités y sont nombreuses, riches et variées. Le jour, l'ambiance est à la découverte tandis que le soir, elle est à la fois surchauffée et glamour ! La Principauté accueille de nombreux événements ponctuels chaque année : plus de 300 manifestations culturelles (expositions, concerts, opéras, ballets, festivals...), une cinquantaine d'événements sportifs sans oublier les nombreux galas, foires, salons et fêtes cultuelles ! C'est sans compter sur l'offre multiple des activités quotidiennes qui s'offrent à vous : shopping, farniente, balades, musées, restaurants et casinos de jeux. La vie nocturne vous séduira tout autant entre promenades au clair de lune, flâneries au bord de l'eau, discothèques chics et bars branchés. Vous l'aurez compris, Monaco possède un vaste éventail de possibilités s'adressant à tous, selon vos envies et votre humeur. Sur seulement 2 km2, Monaco laisse la part belle à la culture en toute saison ! Côté musées, les collections sont aussi exceptionnelles que variées : art moderne et oeuvres contemporaines, objets marins, séries de sépultures anthropologiques, sculptures en plein air, faune marine, instruments de navigation, documents historiques, chefs-d'oeuvre d'art sacré, photographies, céramiques, meubles, costumes, carrosses Princiers, timbres, monnaies... Il y en a pour tous les goûts. Côté musique, les concerts et les manifestations sont d'une grande qualité comme ceux proposés au Palais Princier, à l'Opéra ou au Grimaldi Forum. De plus, la programmation riche et diverse de certains festivals comme celui du Printemps des Arts ou du Sporting Summer Festival vaut également le détour : vous serez certains de passer un excellent moment. Pour les passionnés de danse, les événements sont également nombreux toute l'année : ne manquez pas ceux organisés à l'Opéra ou dans le cadre du Monaco Dance Forum. Vous trouverez aussi beaucoup de théâtres (Princesse Grace, Fort Antoine - l'été uniquement - ou celui des Variétés) avec une programmation très différente, parfois insolite. Et pour ceux qui préfèrent le calme et la quiétude des bibliothèques, la Principauté de Monaco possède une collection importante de livres anciens ou plus actuels dans les bibliothèques Louis Notari et Princesse Caroline tandis que celle du Musée océanographique est réservée aux ouvrages (parfois très anciens et donc rares) de nature scientifique. Amateurs, passionnés ou néophytes, profitez ainsi de votre séjour dans la Principauté pour vous distraire et faire le plein de culture ! Quel endroit au monde, ailleurs qu'à Monaco, réunit autant de richesses en un si petit espace ? Quel pays au monde, ailleurs qu'à Monaco, permet à quiconque foulant son sol de se sentir en sécurité de jour comme de nuit ? Tandis que les rues sont d'une propreté irréprochable, on se promène en territoire monégasque sans inquiétude, vison et bijoux à la vue de tous ! Avec 17 823 habitants au km2 et un territoire qui s'étend sur 202 ha seulement, Monaco abrite 37 308 habitants (139 nationalités différentes), accueille quotidiennement près de 46 000 travailleurs frontaliers et 269 000 touristes en moyenne chaque année : de ce fait, c'est le pays le plus densément peuplé au monde. Malgré cette foule, la Principauté de Monaco fait bien partie des destinations les plus sûres sur la planète : avec 130 pompiers, 300 policiers et 117 carabiniers, les taux de délinquance y sont incroyablement bas et feraient rêver n'importe quel ministre de l'Intérieur... Et pour cause : les rues monégasques sont les plus surveillées au monde ! Des caméras vidéo filment 24h/24 chaque artère couvrant ainsi l'ensemble du territoire. Sans oublier les policiers qui patrouillent nuit et jour en voiture, en bateau, à moto ou à pied, et qui sont visibles dans tous les quartiers. Et même si l'actualité monégasque est parfois ponctuée de faits divers exceptionnels (notamment des hold-up), ceux-ci ne semblent pas remettre en cause le sentiment de sûreté et de sérénité bien réel qui fait de la Principauté de Monaco un cadre prestigieux et un havre de paix particulièrement estimé.
193
ντόπιοι προτείνουν
Monaco
193
ντόπιοι προτείνουν
Ce qui surprend le plus quand on arrive en Principauté de Monaco, c'est cet enchevêtrement unique de territoires où les gratte-ciels élancés vers le ciel côtoient d'imposants immeubles et encerclent de jolies - mais rares - villas résistant tant bien que mal au développement économique, social, technologique et commercial du pays. En raison de l'exiguïté du territoire, la construction de tours d'habitation s'est en effet multipliée depuis les années 1970 modifiant considérablement le paysage de la Principauté. Le territoire monégasque apparaît comme une terre de contrastes, entre traditions et innovations à la pointe de la modernité. Baladez-vous et flânez dans les rues où vous serez surpris par la beauté et la curiosité architecturale de nombreuses maisons et immeubles dont les façades sculptées, et magnifiquement conservées, datent de 1870 à 1940, une époque florissante pour ce pays. Et pour cause : les styles Belle Époque, Art déco, Art nouveau, classique et contemporain coexistent et se mêlent avec éclat dans un équilibre parfait avec le verre, le métal, le béton ou l'acier des constructions modernes dont certaines sont d'ailleurs véritables prouesses technologiques. A Monaco, les journées et les nuits se suivent et ne se ressemblent pas car les distractions et les festivités y sont nombreuses, riches et variées. Le jour, l'ambiance est à la découverte tandis que le soir, elle est à la fois surchauffée et glamour ! La Principauté accueille de nombreux événements ponctuels chaque année : plus de 300 manifestations culturelles (expositions, concerts, opéras, ballets, festivals...), une cinquantaine d'événements sportifs sans oublier les nombreux galas, foires, salons et fêtes cultuelles ! C'est sans compter sur l'offre multiple des activités quotidiennes qui s'offrent à vous : shopping, farniente, balades, musées, restaurants et casinos de jeux. La vie nocturne vous séduira tout autant entre promenades au clair de lune, flâneries au bord de l'eau, discothèques chics et bars branchés. Vous l'aurez compris, Monaco possède un vaste éventail de possibilités s'adressant à tous, selon vos envies et votre humeur. Sur seulement 2 km2, Monaco laisse la part belle à la culture en toute saison ! Côté musées, les collections sont aussi exceptionnelles que variées : art moderne et oeuvres contemporaines, objets marins, séries de sépultures anthropologiques, sculptures en plein air, faune marine, instruments de navigation, documents historiques, chefs-d'oeuvre d'art sacré, photographies, céramiques, meubles, costumes, carrosses Princiers, timbres, monnaies... Il y en a pour tous les goûts. Côté musique, les concerts et les manifestations sont d'une grande qualité comme ceux proposés au Palais Princier, à l'Opéra ou au Grimaldi Forum. De plus, la programmation riche et diverse de certains festivals comme celui du Printemps des Arts ou du Sporting Summer Festival vaut également le détour : vous serez certains de passer un excellent moment. Pour les passionnés de danse, les événements sont également nombreux toute l'année : ne manquez pas ceux organisés à l'Opéra ou dans le cadre du Monaco Dance Forum. Vous trouverez aussi beaucoup de théâtres (Princesse Grace, Fort Antoine - l'été uniquement - ou celui des Variétés) avec une programmation très différente, parfois insolite. Et pour ceux qui préfèrent le calme et la quiétude des bibliothèques, la Principauté de Monaco possède une collection importante de livres anciens ou plus actuels dans les bibliothèques Louis Notari et Princesse Caroline tandis que celle du Musée océanographique est réservée aux ouvrages (parfois très anciens et donc rares) de nature scientifique. Amateurs, passionnés ou néophytes, profitez ainsi de votre séjour dans la Principauté pour vous distraire et faire le plein de culture ! Quel endroit au monde, ailleurs qu'à Monaco, réunit autant de richesses en un si petit espace ? Quel pays au monde, ailleurs qu'à Monaco, permet à quiconque foulant son sol de se sentir en sécurité de jour comme de nuit ? Tandis que les rues sont d'une propreté irréprochable, on se promène en territoire monégasque sans inquiétude, vison et bijoux à la vue de tous ! Avec 17 823 habitants au km2 et un territoire qui s'étend sur 202 ha seulement, Monaco abrite 37 308 habitants (139 nationalités différentes), accueille quotidiennement près de 46 000 travailleurs frontaliers et 269 000 touristes en moyenne chaque année : de ce fait, c'est le pays le plus densément peuplé au monde. Malgré cette foule, la Principauté de Monaco fait bien partie des destinations les plus sûres sur la planète : avec 130 pompiers, 300 policiers et 117 carabiniers, les taux de délinquance y sont incroyablement bas et feraient rêver n'importe quel ministre de l'Intérieur... Et pour cause : les rues monégasques sont les plus surveillées au monde ! Des caméras vidéo filment 24h/24 chaque artère couvrant ainsi l'ensemble du territoire. Sans oublier les policiers qui patrouillent nuit et jour en voiture, en bateau, à moto ou à pied, et qui sont visibles dans tous les quartiers. Et même si l'actualité monégasque est parfois ponctuée de faits divers exceptionnels (notamment des hold-up), ceux-ci ne semblent pas remettre en cause le sentiment de sûreté et de sérénité bien réel qui fait de la Principauté de Monaco un cadre prestigieux et un havre de paix particulièrement estimé.
Valbonne - Sophia-Antipolis regroupe le village historique de Valbonne et ses quartiers périphériques, ainsi que Sophia Antipolis, première technopole européenne qui occupe près de 60% du territoire de la commune. En 2019, la commune fête un double anniversaire : les 50 ans de Sophia Antipolis, et les 500 ans de Valbonne ! On peut dire que l'installation de la technopole sur le territoire de la commune en 1969 a transformé la vie de Valbonne. Le village d'antan en a vu sa vie bouleversée. Passant de 1 600 habitants en 1970 à 13 700 en 2018, la ville a dû s'adapter à de nouveaux enjeux, construire, innover, modifier son paysage urbain pour accueillir une population cosmopolite d'environ 80 nationalités différentes. La gageure pour Valbonne était de ne pas perdre ses racines avec cet afflux de population plutôt aisée. La commune a merveilleusement réussi cette intégration, tout en conservant son riche patrimoine du XVIe siècle et en préservant les 2/3 de son territoire en zone verte. L'illustration parfaite en est le quartier de Garbejaïre - Haut Sartoux, situé au coeur de Sophia Antipolis. Cet espace de vie, de culture et de loisirs, fondé par une architecture unique au coeur de la nature, s'insère parfaitement dans un paysage préservé. Commune historiquement rurale, Valbonne Sophia Antipolis a su conserver en son sein une place pour ses racines, avec la création d'une vigne communale, d'une oliveraie communale, et d'une chèvrerie communale ! Contrairement aux autres villages de la région, enroulés autour d'une éminence, dans un style défensif, le village de Valbonne est construit en damier sur un plan rectangulaire, les rues encadrant une place centrale et se coupant perpendiculairement. Car Valbonne n'a pas été créée au Moyen Âge, mais au début du XVIe siècle, au début de la Renaissance. Ici pas d'escaliers ou de ruelles pentues, tout est plat ou en pente légère, et facile d'accès. Pour pénétrer à l'intérieur du village, il faut franchir les portes, parfois des " pountis ", d'anciens passages couverts sous les maisons-remparts. Des quatre portes qui s'ouvraient sur chaque côté de la ville, il ne reste que celles du nord, du sud et de l'ouest. Le centre ancien, ainsi préservé à l'abri des maisons-remparts, est magnifiquement restauré et entretenu. S'y promener est un vrai bonheur, tant le village recèle d'atouts. Les maisons arborent de belles façades aux crépis ocre, sur lesquels des volets aux couleurs pastel viennent poser une touche de couleur provençale. L'oeil porte loin, jusqu'au bout des rues. On aperçoit là bas le clocher de St-Blaise, les arcades de la place, ou la façade colorée de l'hôtel des Armoiries. Les rues sont des enfilades de couleurs et de clairs obscurs, égayées par les touches végétales disposées par les habitants : jarres de plantes grasses, bouquets de lavande odorante, vigne vierge ou bougainvillée escaladant une façade. Partout de coquettes échoppes vous invitent à entrer, les restaurants disposent leurs terrasses à même la rue, à même les places. " Ici le futur a trouvé ses racines ". Telle est la devise de la commune, riche de sa complémentarité entre tradition et sciences de l'avenir. Altitude de la commune : de 75 à 302 m Altitude de la mairie : 227 m 13 170 habitants Un peu d'histoire. En l'an 1199 Guillaume, de l'ordre monastique de Chalais, cherchait un site pour y implanter une abbaye. C'est cette abbaye, une fois construite, qui allait générer 320 ans plus tard, le village de Valbonne. À la fin du Moyen Âge, la peste noire, la grande sécheresse et les incursions barbares avaient entraîné la désertification de la région, ruinée et laissée à l'abandon. En 1519, il devint nécessaire de mettre en valeur les terres de l'abbaye et donc de repeupler le domaine. Pour cela, l'abbaye décida de faire construire le village par des investisseurs, charge à ces derniers de louer les maisons aux paysans venus travailler sur les terres. Le Prieur de l'Abbaye Don Taxil, accepte la demande de l'évêque de Grasse et abbé de Lérins, Augustin Grimaldi, de créer un village proche de l'abbaye, pour repeupler la région. C'est Augustin Grimaldi, qui dessina lui-même les plans de Valbonne, basés sur le modèle des villes romaines. Les maisons en périphérie du village, faisaient office de remparts de défense. Hautes et étroites, elles ne possédaient pas de portes sur l'extérieur du village. Les maisons, pratiquement identiques, étaient conçues sur un plan simple : au rez-de-chaussée, une remise, au premier étage la pièce à vivre, au 2e étage les chambres et au grenier un espace de stockage, avec une poulie pour monter les marchandises. Tout ceci était ingénieux, et très en avance sur son temps. Vallis Bona, la 'bonne vallée' en bordure du fleuve côtier de La Brague est alors repeuplée par des communautés venues de hameaux voisins et du haut pays. Cependant le Prieur n'avait pas pensé à faire arriver l'eau au village. Pendant longtemps, c'est à la rivière qu'il fallait aller la puiser. La première fontaine dans le village date de 1837 !
95
ντόπιοι προτείνουν
Valbonne
95
ντόπιοι προτείνουν
Valbonne - Sophia-Antipolis regroupe le village historique de Valbonne et ses quartiers périphériques, ainsi que Sophia Antipolis, première technopole européenne qui occupe près de 60% du territoire de la commune. En 2019, la commune fête un double anniversaire : les 50 ans de Sophia Antipolis, et les 500 ans de Valbonne ! On peut dire que l'installation de la technopole sur le territoire de la commune en 1969 a transformé la vie de Valbonne. Le village d'antan en a vu sa vie bouleversée. Passant de 1 600 habitants en 1970 à 13 700 en 2018, la ville a dû s'adapter à de nouveaux enjeux, construire, innover, modifier son paysage urbain pour accueillir une population cosmopolite d'environ 80 nationalités différentes. La gageure pour Valbonne était de ne pas perdre ses racines avec cet afflux de population plutôt aisée. La commune a merveilleusement réussi cette intégration, tout en conservant son riche patrimoine du XVIe siècle et en préservant les 2/3 de son territoire en zone verte. L'illustration parfaite en est le quartier de Garbejaïre - Haut Sartoux, situé au coeur de Sophia Antipolis. Cet espace de vie, de culture et de loisirs, fondé par une architecture unique au coeur de la nature, s'insère parfaitement dans un paysage préservé. Commune historiquement rurale, Valbonne Sophia Antipolis a su conserver en son sein une place pour ses racines, avec la création d'une vigne communale, d'une oliveraie communale, et d'une chèvrerie communale ! Contrairement aux autres villages de la région, enroulés autour d'une éminence, dans un style défensif, le village de Valbonne est construit en damier sur un plan rectangulaire, les rues encadrant une place centrale et se coupant perpendiculairement. Car Valbonne n'a pas été créée au Moyen Âge, mais au début du XVIe siècle, au début de la Renaissance. Ici pas d'escaliers ou de ruelles pentues, tout est plat ou en pente légère, et facile d'accès. Pour pénétrer à l'intérieur du village, il faut franchir les portes, parfois des " pountis ", d'anciens passages couverts sous les maisons-remparts. Des quatre portes qui s'ouvraient sur chaque côté de la ville, il ne reste que celles du nord, du sud et de l'ouest. Le centre ancien, ainsi préservé à l'abri des maisons-remparts, est magnifiquement restauré et entretenu. S'y promener est un vrai bonheur, tant le village recèle d'atouts. Les maisons arborent de belles façades aux crépis ocre, sur lesquels des volets aux couleurs pastel viennent poser une touche de couleur provençale. L'oeil porte loin, jusqu'au bout des rues. On aperçoit là bas le clocher de St-Blaise, les arcades de la place, ou la façade colorée de l'hôtel des Armoiries. Les rues sont des enfilades de couleurs et de clairs obscurs, égayées par les touches végétales disposées par les habitants : jarres de plantes grasses, bouquets de lavande odorante, vigne vierge ou bougainvillée escaladant une façade. Partout de coquettes échoppes vous invitent à entrer, les restaurants disposent leurs terrasses à même la rue, à même les places. " Ici le futur a trouvé ses racines ". Telle est la devise de la commune, riche de sa complémentarité entre tradition et sciences de l'avenir. Altitude de la commune : de 75 à 302 m Altitude de la mairie : 227 m 13 170 habitants Un peu d'histoire. En l'an 1199 Guillaume, de l'ordre monastique de Chalais, cherchait un site pour y implanter une abbaye. C'est cette abbaye, une fois construite, qui allait générer 320 ans plus tard, le village de Valbonne. À la fin du Moyen Âge, la peste noire, la grande sécheresse et les incursions barbares avaient entraîné la désertification de la région, ruinée et laissée à l'abandon. En 1519, il devint nécessaire de mettre en valeur les terres de l'abbaye et donc de repeupler le domaine. Pour cela, l'abbaye décida de faire construire le village par des investisseurs, charge à ces derniers de louer les maisons aux paysans venus travailler sur les terres. Le Prieur de l'Abbaye Don Taxil, accepte la demande de l'évêque de Grasse et abbé de Lérins, Augustin Grimaldi, de créer un village proche de l'abbaye, pour repeupler la région. C'est Augustin Grimaldi, qui dessina lui-même les plans de Valbonne, basés sur le modèle des villes romaines. Les maisons en périphérie du village, faisaient office de remparts de défense. Hautes et étroites, elles ne possédaient pas de portes sur l'extérieur du village. Les maisons, pratiquement identiques, étaient conçues sur un plan simple : au rez-de-chaussée, une remise, au premier étage la pièce à vivre, au 2e étage les chambres et au grenier un espace de stockage, avec une poulie pour monter les marchandises. Tout ceci était ingénieux, et très en avance sur son temps. Vallis Bona, la 'bonne vallée' en bordure du fleuve côtier de La Brague est alors repeuplée par des communautés venues de hameaux voisins et du haut pays. Cependant le Prieur n'avait pas pensé à faire arriver l'eau au village. Pendant longtemps, c'est à la rivière qu'il fallait aller la puiser. La première fontaine dans le village date de 1837 !
Une petite ville perchée embellit la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. A une dizaine de kilomètres de Cannes et à une trentaine de Nice, Grasse est un point de départ parfait pour les balades mondaines au bord de la mer, mais aussi pour les randonnées dans la belle compagne environnante. Les immenses réserves forestières aux alentours sont le poumon vert de la région. La chaleur des rayons de soleil, le son aigu des cigales, les champs infinis et l'odeur omniprésente de lavande… Oui, vous êtes sans aucun doute en Provence. Plus précisément, vous vous trouvez dans la métropole des bonnes odeurs, à Grasse. Cette ville charmante, juchée sur une colline, fut jadis orientée dans la production des cuirs. Cependant, cela ne sentait pas la rose, et Grasse a progressivement changé d'industrie. Aujourd'hui, elle est devenue la capitale mondiale du parfum. Visitez par exemple la parfumerie Fragonard, une princesse orange, et partez à la rencontre des jasmins, roses, lavande, oranger etc. Grasse s'est vu attribuer le label Ville d'Art et d'Histoire. Ainsi, les ruelles ombragées vous mèneront jusqu'aux multiples découvertes culturelles. Grasse compte quelques magnifiques villas du XIXe siècle et tout le vieux centre est un bijou en soi, mais visitez aussi les autres parties de la ville, pas moins intéressantes. Dans la partie adjointe, le Magagnosc, se trouvent des grottes néolithique et une jolie église datant des années 1450. Visitez la paroisse de Plascassier, le petit quartier qui était la dernière demeure de la légendaire chanteuse Edith Piaf. La ville de Grasse compte de nombreux autres quartiers qui portent leurs noms selon le saint-patron de leur chapelle. La balade entre les murs charmants en pierre vous mènera alors vers Saint-Claude, Sainte-Anne, Saint Jacques et les autres. La douce Provence baigne dans le climat méditerranéen, ainsi lors de votre escapade à Grasse vous aurez des températures agréables à n'importe quel moment de l'année. Aussi, les hivers restent cléments, même si la neige décore souvent les collines environnantes. Visites à Grasse De nombreuses galeries d'art sont installées dans la ville, visitez par exemple la place de Poissonnerie ou l'atelier Nad. Montez au somment de la ville pour admirer la cathédrale et toutes les fortifications. Les jardins magnifiques ornent deux villas célèbres : Villa Fort France et Noailles. Découvrez aussi les alentours de la ville, typiquement provençaux, en louant une voiture. « Vous ne pouvez pas partir de Grasse sans avoir gouté ses desserts reconnus comme confits de fleurs, chocolat à la fleur d'oranger ou encore les pétales de roses sucrées. Tentez aussi d'autres spécialités culinaires : la brioche appelée fougassette, le chou farci appelé lou fassum et les beignets de fleurs de courge. Emportez avec vous une bouteille d'huile d'olive locale. » Transports et déplacements à Grasse Si vous faites un voyage à Grasse en avion, vous allez atterrir à l'aéroport Nice Côte d'Azur, à une trentaine de kilomètres de la ville. Les bus TAM sont organisés pour vous amener dans le centre-ville. Vous pouvez également y aller en TER qui est très fréquent. Dans la ville, les ruelles étroites sont propices aux promenades à pied, mais quelques pistes cyclables y sont installées pour tous ceux qui désirent attaquer les environs vallonnés. Sorties à Grasse De nombreuses activités sont organisées dans la ville et ses alentours. Essayez-vous au tennis ou au golf, partez voir une compétition au club hippique, jouez au paintball, appuyez sur l'accélérateur lors d'un tour de piste en karting ou bien pratiquez le vol libre. Le soir, vous pouvez tester un bon restaurant avec des spécialités locales et voir ensuite une pièce de théâtre.
162
ντόπιοι προτείνουν
Grasse
162
ντόπιοι προτείνουν
Une petite ville perchée embellit la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. A une dizaine de kilomètres de Cannes et à une trentaine de Nice, Grasse est un point de départ parfait pour les balades mondaines au bord de la mer, mais aussi pour les randonnées dans la belle compagne environnante. Les immenses réserves forestières aux alentours sont le poumon vert de la région. La chaleur des rayons de soleil, le son aigu des cigales, les champs infinis et l'odeur omniprésente de lavande… Oui, vous êtes sans aucun doute en Provence. Plus précisément, vous vous trouvez dans la métropole des bonnes odeurs, à Grasse. Cette ville charmante, juchée sur une colline, fut jadis orientée dans la production des cuirs. Cependant, cela ne sentait pas la rose, et Grasse a progressivement changé d'industrie. Aujourd'hui, elle est devenue la capitale mondiale du parfum. Visitez par exemple la parfumerie Fragonard, une princesse orange, et partez à la rencontre des jasmins, roses, lavande, oranger etc. Grasse s'est vu attribuer le label Ville d'Art et d'Histoire. Ainsi, les ruelles ombragées vous mèneront jusqu'aux multiples découvertes culturelles. Grasse compte quelques magnifiques villas du XIXe siècle et tout le vieux centre est un bijou en soi, mais visitez aussi les autres parties de la ville, pas moins intéressantes. Dans la partie adjointe, le Magagnosc, se trouvent des grottes néolithique et une jolie église datant des années 1450. Visitez la paroisse de Plascassier, le petit quartier qui était la dernière demeure de la légendaire chanteuse Edith Piaf. La ville de Grasse compte de nombreux autres quartiers qui portent leurs noms selon le saint-patron de leur chapelle. La balade entre les murs charmants en pierre vous mènera alors vers Saint-Claude, Sainte-Anne, Saint Jacques et les autres. La douce Provence baigne dans le climat méditerranéen, ainsi lors de votre escapade à Grasse vous aurez des températures agréables à n'importe quel moment de l'année. Aussi, les hivers restent cléments, même si la neige décore souvent les collines environnantes. Visites à Grasse De nombreuses galeries d'art sont installées dans la ville, visitez par exemple la place de Poissonnerie ou l'atelier Nad. Montez au somment de la ville pour admirer la cathédrale et toutes les fortifications. Les jardins magnifiques ornent deux villas célèbres : Villa Fort France et Noailles. Découvrez aussi les alentours de la ville, typiquement provençaux, en louant une voiture. « Vous ne pouvez pas partir de Grasse sans avoir gouté ses desserts reconnus comme confits de fleurs, chocolat à la fleur d'oranger ou encore les pétales de roses sucrées. Tentez aussi d'autres spécialités culinaires : la brioche appelée fougassette, le chou farci appelé lou fassum et les beignets de fleurs de courge. Emportez avec vous une bouteille d'huile d'olive locale. » Transports et déplacements à Grasse Si vous faites un voyage à Grasse en avion, vous allez atterrir à l'aéroport Nice Côte d'Azur, à une trentaine de kilomètres de la ville. Les bus TAM sont organisés pour vous amener dans le centre-ville. Vous pouvez également y aller en TER qui est très fréquent. Dans la ville, les ruelles étroites sont propices aux promenades à pied, mais quelques pistes cyclables y sont installées pour tous ceux qui désirent attaquer les environs vallonnés. Sorties à Grasse De nombreuses activités sont organisées dans la ville et ses alentours. Essayez-vous au tennis ou au golf, partez voir une compétition au club hippique, jouez au paintball, appuyez sur l'accélérateur lors d'un tour de piste en karting ou bien pratiquez le vol libre. Le soir, vous pouvez tester un bon restaurant avec des spécialités locales et voir ensuite une pièce de théâtre.
On trouve le village du Rouret sur la route qui mène de Grasse à Nice. Sa situation géographique sur cet axe principal de circulation qu'est la D2085, et aux portes de la zone d'attraction de Sophia Antipolis, a contribué à son développement. Le village, construit sur des collines à une altitude de 300 m, et abrité par les montagnes de l'arrière-pays, se trouve en effet à 10 min de Grasse et 20 min de la mer. Le Rouret bénéficie donc du microclimat particulier de cette région, qui a permis le développement de la culture des plantes à parfum. Si la culture du jasmin, de la rose, des orangers, et de la violette, n'est plus de mise à notre époque, le Rouret a su conserver un style de vie provençal qui en fait un village où il fait bon vivre. La commune a su gérer son développement urbain tout en préservant ses espaces naturels. Le Rouret profite donc d'une situation privilégiée, au coeur d'une nature typiquement provençale. Le paysage déroule jusqu'à la mer ses collines plantées de cyprès, de chênes lièges et d'oliviers. Les restanques de pierres sèches témoignent du passé agricole de la commune, et soulignent harmonieusement les courbes des collines comme des traits de peinture sur une toile. Le bois communal qui s'étend sur les hauteurs du Rouret, offre aux promeneurs un magnifique espace naturel... On y trouve une ancienne bergerie, récemment restaurée. Le village s'ordonne autour de sa magnifique place provençale, plantée de platanes centenaires, bordée par les bâtiments de la mairie, l'église St-Pons et quelques bâtisses anciennes, qui ont vu défiler des générations de villageois... Tout ici évoque le calme et la sérénité. Le village du Rouret offre au regard des amateurs d'authenticité une image paisible de village provençal. Altitude de la commune : 178 à 480 m. Altitude du village : 300 m 4 000 habitants. Un peu d'histoire : Le site, est habité depuis la fin de l'âge de Bronze, période qui vit les hommes se regrouper en petites communautés dans les collines, attirés par la douceur des lieux et la présence d'eau et parfois de grottes. Plus tard, ce furent les Romains qui établirent des oppida ou " camps " sur les hauteurs. On trouve ainsi sur le site du Camp Romain une enceinte fortifiée dans laquelle ont été découverts des vestiges témoignant d'une activité humaine de l'âge du fer jusqu'à la fin de l'époque romaine, qui voit les habitants descendre plus bas, vers les collines. Cette présence est attestée par la découverte de sépultures au niveau des quartiers Saint Pons et du Colombier. Le IXe siècle voit la construction d'un château au sommet du bois, mais celui ci sera détruit en 1229, par l'armée du comte de Provence. La communauté ne survit pas aux crises du XIVe siècle, épidémie de peste, guerres et famines, entraînant sa disparition..... Le dernier seigneur des lieux, Joseph Louis Geoffroy du Rouret, émigre à la Révolution et sa seigneurie deviendra officiellement la commune du Rouret. Il faut attendre 1830 pour que le territoire s'agrandisse avec le rattachement du hameau du Bergier, qui dépendait jusqu'alors de la commune voisine de Châteauneuf. La population est alors essentiellement composée d'agriculteurs dispersés dans les collines. Les travaux d'adduction d'eau attirent de nouveaux habitants, et l'habitat commence à ce recentrer, formant l'apparition d'un village aujourd'hui devenu le centre de la commune. Au début du XIXe siècle, on cultive le blé, la vigne, l'olivier et le lavandin, puis les plantes à parfum telles que le jasmin et la rose. L'arrivée du tramway Cagnes-Grasse accentue le développement de la région. La ligne fonctionnera jusqu'en 1928. Entretemps le transport automobile se développe. Routes et tramway poussent les habitants à délaisser les cultures pour travailler sur le littoral. La fin de la guerre et les années folles voient l'apparition de villas sur les collines. Le tourisme va profiter à la commune qui voit sa population augmenter. Cependant, la Seconde Guerre mondiale vient mettre un coup d'arrêt à ce développement. Il faut attendre les années 1960 pour que la commune profite à nouveau du boum des activités touristiques dans la région. Les habitants délaissent les travaux des champs pour aller travailler en ville, à l'usine, au bureau ou sur les chantiers. Cependant la volonté de conserver la tradition et le terroir reste bien présente. La commune se construit et accueille de nouvelles habitations. En 2019, le Rouret compte plus de 4 000 habitants.
Le Rouret
On trouve le village du Rouret sur la route qui mène de Grasse à Nice. Sa situation géographique sur cet axe principal de circulation qu'est la D2085, et aux portes de la zone d'attraction de Sophia Antipolis, a contribué à son développement. Le village, construit sur des collines à une altitude de 300 m, et abrité par les montagnes de l'arrière-pays, se trouve en effet à 10 min de Grasse et 20 min de la mer. Le Rouret bénéficie donc du microclimat particulier de cette région, qui a permis le développement de la culture des plantes à parfum. Si la culture du jasmin, de la rose, des orangers, et de la violette, n'est plus de mise à notre époque, le Rouret a su conserver un style de vie provençal qui en fait un village où il fait bon vivre. La commune a su gérer son développement urbain tout en préservant ses espaces naturels. Le Rouret profite donc d'une situation privilégiée, au coeur d'une nature typiquement provençale. Le paysage déroule jusqu'à la mer ses collines plantées de cyprès, de chênes lièges et d'oliviers. Les restanques de pierres sèches témoignent du passé agricole de la commune, et soulignent harmonieusement les courbes des collines comme des traits de peinture sur une toile. Le bois communal qui s'étend sur les hauteurs du Rouret, offre aux promeneurs un magnifique espace naturel... On y trouve une ancienne bergerie, récemment restaurée. Le village s'ordonne autour de sa magnifique place provençale, plantée de platanes centenaires, bordée par les bâtiments de la mairie, l'église St-Pons et quelques bâtisses anciennes, qui ont vu défiler des générations de villageois... Tout ici évoque le calme et la sérénité. Le village du Rouret offre au regard des amateurs d'authenticité une image paisible de village provençal. Altitude de la commune : 178 à 480 m. Altitude du village : 300 m 4 000 habitants. Un peu d'histoire : Le site, est habité depuis la fin de l'âge de Bronze, période qui vit les hommes se regrouper en petites communautés dans les collines, attirés par la douceur des lieux et la présence d'eau et parfois de grottes. Plus tard, ce furent les Romains qui établirent des oppida ou " camps " sur les hauteurs. On trouve ainsi sur le site du Camp Romain une enceinte fortifiée dans laquelle ont été découverts des vestiges témoignant d'une activité humaine de l'âge du fer jusqu'à la fin de l'époque romaine, qui voit les habitants descendre plus bas, vers les collines. Cette présence est attestée par la découverte de sépultures au niveau des quartiers Saint Pons et du Colombier. Le IXe siècle voit la construction d'un château au sommet du bois, mais celui ci sera détruit en 1229, par l'armée du comte de Provence. La communauté ne survit pas aux crises du XIVe siècle, épidémie de peste, guerres et famines, entraînant sa disparition..... Le dernier seigneur des lieux, Joseph Louis Geoffroy du Rouret, émigre à la Révolution et sa seigneurie deviendra officiellement la commune du Rouret. Il faut attendre 1830 pour que le territoire s'agrandisse avec le rattachement du hameau du Bergier, qui dépendait jusqu'alors de la commune voisine de Châteauneuf. La population est alors essentiellement composée d'agriculteurs dispersés dans les collines. Les travaux d'adduction d'eau attirent de nouveaux habitants, et l'habitat commence à ce recentrer, formant l'apparition d'un village aujourd'hui devenu le centre de la commune. Au début du XIXe siècle, on cultive le blé, la vigne, l'olivier et le lavandin, puis les plantes à parfum telles que le jasmin et la rose. L'arrivée du tramway Cagnes-Grasse accentue le développement de la région. La ligne fonctionnera jusqu'en 1928. Entretemps le transport automobile se développe. Routes et tramway poussent les habitants à délaisser les cultures pour travailler sur le littoral. La fin de la guerre et les années folles voient l'apparition de villas sur les collines. Le tourisme va profiter à la commune qui voit sa population augmenter. Cependant, la Seconde Guerre mondiale vient mettre un coup d'arrêt à ce développement. Il faut attendre les années 1960 pour que la commune profite à nouveau du boum des activités touristiques dans la région. Les habitants délaissent les travaux des champs pour aller travailler en ville, à l'usine, au bureau ou sur les chantiers. Cependant la volonté de conserver la tradition et le terroir reste bien présente. La commune se construit et accueille de nouvelles habitations. En 2019, le Rouret compte plus de 4 000 habitants.
Le village médiéval Le Haut-de-Cagnes, village médiéval situé au sommet de la colline du château, est la partie historique de la ville de Cagnes-sur-Mer. 650 habitants ont choisi de vivre dans ce quartier classé "site historique" en 1948, qui a su conserver la sérénité d'une vie de village, en dehors du rythme trépidant de la Côte d'Azur. Patine des siècles, pierres chargées d'histoire, ruelles ombragées, étroites et fleuries, points de vue insolites sur la Méditerranée et le Mercantour, tout concourt à retenir le visiteur en quête d'authenticité. Site unique sur la Côte d'Azur Le Haut-de-Cagnes a su tout à la fois conserver le mystère des places fortes de Provence et s'ouvrir largement aux visiteurs qui le parcourent. Dédale de ruelles pentues et pavées de galets, de passages voûtés, d'escaliers fleuris, de maisons retenant l'attention, de points de vue insolites, d'ateliers d'artistes, le Haut-de-Cagnes se dévoile à chaque pas... Renoir, Soutine, Modigliani, Ziem, Klein en sont tombés amoureux... à votre tour ! Accès Autoroute A8 + Sorties 47/48 CAGNES-SUR-MER + Direction Centre-Ville. Malin : laissez votre voiture dans un des nombreux parkings du centre ville et utilisez la navette gratuite (n° 44) au départ de la gare routière en centre ville toutes les 15 mn 7 J/ 7. Musée du Bijou Contemporain A partir de 1960, la célèbre chanteuse de cabaret Suzy Solidor (1900-1985) installa son cabaret-restaurant et salon de thé, puis un magasin d'antiquités dans ce groupe de maisons à l'angle de la place du Château. Aujourd'hui, l'Espace Solidor, installé dans l'ancien cabaret, est un lieu d'exposition privilégié et dédié au bijou contemporain. Cagnes-sur-Mer est la seule ville française à être labellisée "Ville et Métiers d'Art" pour cette activité. - Situation : Haut-de-Cagnes, place du Château. - Ouverture : du mercredi au dimanche de 14h à 17h (du mardi au dimanche de 14h à 18h en été). Entrée libre. - Contact : tél. 04 93 73 14 42 Pour profiter pleinement des soirées Jazz au Château, le Château-Musée et le Musée du Bijou Contemporain ouvrent jusqu'à 20 heures tous les vendredis de l'été ! La Maison des Artistes La Maison des Artistes est un bâtiment communal prêté depuis 1954 à l'association des "Peintres de Cagnes" qui l'ont entièrement rénové en échange du droit d'y exposer leurs œuvres. Dans cette maison sont organisées des expositions collectives d'art contemporain, d'artistes Cagnois, mais aussi régionaux, nationaux et étrangers. Les salons d'automne et de printemps sont réservés aux artistes Cagnois. Le trompe l'œil qui décore la façade du bâtiment a été réalisé en 1999 par un chantier école de Nice, et récemment rénové. - Situation : Haut-de-Cagnes, place du Château. - Ouverture : du mercredi au dimanche (entrée libre). - Contact : mdacagnes@yahoo.fr L'église Saint-Pierre et Saint-Paul L'église, devenue trop petite pour contenir tous ses fidèles, fut restaurée et agrandie au XVIe et au XVIIIe siècle. Les travaux achevés en 1762 en doublent les proportions avec la nef plus haute visible dans la partie droite, un portail d'entrée principale fut également ajouté. Il est visible depuis la place de l'église située derrière le bâtiment. A l'époque la paroisse de Cagnes comptait 1200 âmes. Dans l'église, vous pourrez admirer quelques peintures religieuses du XVIIIe siècle, dont la toile qui orne le maître-autel et représente la remise des clés à Saint-Pierre. Les tableaux du chemin de Croix, réalisés par le peintre Charles Barkev à l'occasion du Jubilé 2000, offrent la particularité de représenter des Cagnois du Haut-de-Cagnes qui ont accepté de poser pour illustrer la Passion du Christ. - Situation : Haut-de-Cagnes, place Grimaldi (derrière le Château). - Ouverture : tous les jours de 10h à 17h et 18h en été (entrée libre). Nous entrons également dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul dans le cadre des visites guidées proposées par l'Office de Tourisme le mercredi, samedi et dimanche à 10h (tarif : 3 € - RDV à l'Office de Tourisme du Haut-de-Cagnes). La Chapelle Notre Dame de la Protection Au XIVe siècle, fut construit un petit oratoire à cet emplacement situé en dehors des remparts du bourg, sur le passage de la route d'Italie. Cet édifice comprenait deux corps : une abside et une nef ouverte destinée à servir de refuge momentané aux pèlerins. L'abside primitive subsiste encore, elle fut ornée de fresques par Andrea de Cella vers 1530. Ce n'est qu'en 1936 que le curé Malplat découvrit par hasard les fresques du XVIe siècle qui avaient été dissimulées sous un enduit. A la suite de cette découverte, la chapelle fut classée Monument Historique le 4 avril 1939. Ne manquez pas de visiter l'intérieur pour découvrir ces fresques naïves et colorées, illustrant la vie de la Vierge et l'enfance de Jésus. - Situation : Haut-de-Cagnes, à l'intersection de la montée du château et de la rue Hippolyte Guis. - Ouverture : dimanche de 14h à 17h (entrée libre - 18h d'avril à septembre). Nous ouvrons également les portes de la Chapelle Notre Dame de la Protection dans le cadre des visites guidées proposées par l'Office de Tourisme le mercredi, samedi et dimanche à 10h (tarif : 3 € - RDV à l'Office de Tourisme du Haut-de-Cagnes).
38
ντόπιοι προτείνουν
Cagnes-sur-Mer
38
ντόπιοι προτείνουν
Le village médiéval Le Haut-de-Cagnes, village médiéval situé au sommet de la colline du château, est la partie historique de la ville de Cagnes-sur-Mer. 650 habitants ont choisi de vivre dans ce quartier classé "site historique" en 1948, qui a su conserver la sérénité d'une vie de village, en dehors du rythme trépidant de la Côte d'Azur. Patine des siècles, pierres chargées d'histoire, ruelles ombragées, étroites et fleuries, points de vue insolites sur la Méditerranée et le Mercantour, tout concourt à retenir le visiteur en quête d'authenticité. Site unique sur la Côte d'Azur Le Haut-de-Cagnes a su tout à la fois conserver le mystère des places fortes de Provence et s'ouvrir largement aux visiteurs qui le parcourent. Dédale de ruelles pentues et pavées de galets, de passages voûtés, d'escaliers fleuris, de maisons retenant l'attention, de points de vue insolites, d'ateliers d'artistes, le Haut-de-Cagnes se dévoile à chaque pas... Renoir, Soutine, Modigliani, Ziem, Klein en sont tombés amoureux... à votre tour ! Accès Autoroute A8 + Sorties 47/48 CAGNES-SUR-MER + Direction Centre-Ville. Malin : laissez votre voiture dans un des nombreux parkings du centre ville et utilisez la navette gratuite (n° 44) au départ de la gare routière en centre ville toutes les 15 mn 7 J/ 7. Musée du Bijou Contemporain A partir de 1960, la célèbre chanteuse de cabaret Suzy Solidor (1900-1985) installa son cabaret-restaurant et salon de thé, puis un magasin d'antiquités dans ce groupe de maisons à l'angle de la place du Château. Aujourd'hui, l'Espace Solidor, installé dans l'ancien cabaret, est un lieu d'exposition privilégié et dédié au bijou contemporain. Cagnes-sur-Mer est la seule ville française à être labellisée "Ville et Métiers d'Art" pour cette activité. - Situation : Haut-de-Cagnes, place du Château. - Ouverture : du mercredi au dimanche de 14h à 17h (du mardi au dimanche de 14h à 18h en été). Entrée libre. - Contact : tél. 04 93 73 14 42 Pour profiter pleinement des soirées Jazz au Château, le Château-Musée et le Musée du Bijou Contemporain ouvrent jusqu'à 20 heures tous les vendredis de l'été ! La Maison des Artistes La Maison des Artistes est un bâtiment communal prêté depuis 1954 à l'association des "Peintres de Cagnes" qui l'ont entièrement rénové en échange du droit d'y exposer leurs œuvres. Dans cette maison sont organisées des expositions collectives d'art contemporain, d'artistes Cagnois, mais aussi régionaux, nationaux et étrangers. Les salons d'automne et de printemps sont réservés aux artistes Cagnois. Le trompe l'œil qui décore la façade du bâtiment a été réalisé en 1999 par un chantier école de Nice, et récemment rénové. - Situation : Haut-de-Cagnes, place du Château. - Ouverture : du mercredi au dimanche (entrée libre). - Contact : mdacagnes@yahoo.fr L'église Saint-Pierre et Saint-Paul L'église, devenue trop petite pour contenir tous ses fidèles, fut restaurée et agrandie au XVIe et au XVIIIe siècle. Les travaux achevés en 1762 en doublent les proportions avec la nef plus haute visible dans la partie droite, un portail d'entrée principale fut également ajouté. Il est visible depuis la place de l'église située derrière le bâtiment. A l'époque la paroisse de Cagnes comptait 1200 âmes. Dans l'église, vous pourrez admirer quelques peintures religieuses du XVIIIe siècle, dont la toile qui orne le maître-autel et représente la remise des clés à Saint-Pierre. Les tableaux du chemin de Croix, réalisés par le peintre Charles Barkev à l'occasion du Jubilé 2000, offrent la particularité de représenter des Cagnois du Haut-de-Cagnes qui ont accepté de poser pour illustrer la Passion du Christ. - Situation : Haut-de-Cagnes, place Grimaldi (derrière le Château). - Ouverture : tous les jours de 10h à 17h et 18h en été (entrée libre). Nous entrons également dans l'église Saint-Pierre et Saint-Paul dans le cadre des visites guidées proposées par l'Office de Tourisme le mercredi, samedi et dimanche à 10h (tarif : 3 € - RDV à l'Office de Tourisme du Haut-de-Cagnes). La Chapelle Notre Dame de la Protection Au XIVe siècle, fut construit un petit oratoire à cet emplacement situé en dehors des remparts du bourg, sur le passage de la route d'Italie. Cet édifice comprenait deux corps : une abside et une nef ouverte destinée à servir de refuge momentané aux pèlerins. L'abside primitive subsiste encore, elle fut ornée de fresques par Andrea de Cella vers 1530. Ce n'est qu'en 1936 que le curé Malplat découvrit par hasard les fresques du XVIe siècle qui avaient été dissimulées sous un enduit. A la suite de cette découverte, la chapelle fut classée Monument Historique le 4 avril 1939. Ne manquez pas de visiter l'intérieur pour découvrir ces fresques naïves et colorées, illustrant la vie de la Vierge et l'enfance de Jésus. - Situation : Haut-de-Cagnes, à l'intersection de la montée du château et de la rue Hippolyte Guis. - Ouverture : dimanche de 14h à 17h (entrée libre - 18h d'avril à septembre). Nous ouvrons également les portes de la Chapelle Notre Dame de la Protection dans le cadre des visites guidées proposées par l'Office de Tourisme le mercredi, samedi et dimanche à 10h (tarif : 3 € - RDV à l'Office de Tourisme du Haut-de-Cagnes).
Un jour, un poète a écrit : " Èze a les pieds dans la Méditerranée, la tête dans le ciel et les montagnes pour couronne. " Vous le constaterez par vous-même... Considéré comme l'un des plus beaux villages des Alpes-Maritimes, la commune d'Èze est l'une des curiosités majeures et spectaculaires de la Côte d'Azur car son territoire est scindé en trois parties. Il y a d'abord Èze sur la Grande Corniche : haut perché au-dessus de la Méditerranée à 700 m d'altitude, le site offre un splendide point de vue et présente une nature omniprésente bien préservée. Il y a ensuite le vieux village d'Eze situé à 429 m en nid d'aigle sur la Moyenne Corniche : ses ruelles médiévales dégagent un esprit de tradition et d'authenticité. Bon nombre d'artisans et artistes occupent à l'heure actuelle les anciens rez-de-chaussée et caves qui servaient autrefois d'étables ou de bergeries. Depuis l'Antiquité, l'emplacement du village a été occupé plusieurs fois : dans un premier temps par un oppidum celto ligure puis par les Phéniciens, les Romains, les Sarrasins avant de devenir une place forte médiévale privée de ses remparts par Louis XIV qui en ordonna le démantèlement. Vous aurez accès au vieux village par une double porte fortifiée en date du XIVe siècle. Enfin, il y a Èze en bord de mer, sur la Basse Corniche, abrité de la houle par Saint-Jean-Cap-Ferrat, l'endroit propose tous les plaisirs balnéaires.
66
ντόπιοι προτείνουν
Eze Village
66
ντόπιοι προτείνουν
Un jour, un poète a écrit : " Èze a les pieds dans la Méditerranée, la tête dans le ciel et les montagnes pour couronne. " Vous le constaterez par vous-même... Considéré comme l'un des plus beaux villages des Alpes-Maritimes, la commune d'Èze est l'une des curiosités majeures et spectaculaires de la Côte d'Azur car son territoire est scindé en trois parties. Il y a d'abord Èze sur la Grande Corniche : haut perché au-dessus de la Méditerranée à 700 m d'altitude, le site offre un splendide point de vue et présente une nature omniprésente bien préservée. Il y a ensuite le vieux village d'Eze situé à 429 m en nid d'aigle sur la Moyenne Corniche : ses ruelles médiévales dégagent un esprit de tradition et d'authenticité. Bon nombre d'artisans et artistes occupent à l'heure actuelle les anciens rez-de-chaussée et caves qui servaient autrefois d'étables ou de bergeries. Depuis l'Antiquité, l'emplacement du village a été occupé plusieurs fois : dans un premier temps par un oppidum celto ligure puis par les Phéniciens, les Romains, les Sarrasins avant de devenir une place forte médiévale privée de ses remparts par Louis XIV qui en ordonna le démantèlement. Vous aurez accès au vieux village par une double porte fortifiée en date du XIVe siècle. Enfin, il y a Èze en bord de mer, sur la Basse Corniche, abrité de la houle par Saint-Jean-Cap-Ferrat, l'endroit propose tous les plaisirs balnéaires.
Dernière étape avant la frontière italienne, Menton est la ville du citron par excellence. Grâce aux hautes falaises qui la protègent, Menton bénéficie d'un climat exceptionnel lui permettant de cultiver le citron. C'est au mois de février, lors de la fête du citron, que des chars sont entièrement décorés de citrons et d'oranges. C'est superbement bien réalisé ! La ville est également réputée pour ses multiples jardins tropicaux comme les jardins de La Serre de la Madone, Val Rameh, Biovès, Fontana Rosa ou encore Maria Séréna. La vieille ville mérite également la visite. Menton est connue, dès le XVIIIe siècle, comme le pays où fleurit l'oranger. Au XIXe siècle, les premiers hivernants vont créer d'exceptionnelles harmonies végétales faisant de Menton la ville des jardins. Petite cité de type domanial appartenant à la famille génoise des Vento, Menton apparaît au XIIe siècle. En 1346, la ville est achetée par Charles Grimaldi, seigneur de Monaco. Son histoire se confond alors avec celle de la Principauté. En 1861, Charles III vend ses droits sur la ville à Napoléon III, Menton devient française. Elle est rattachée au département des Alpes-Maritimes. Conservatoire des grandes heures de la Riviera, Menton, profondément ancrée dans son histoire et son identité, est résolument tournée vers l'avenir. Ses récents aménagements urbains et l'ampleur de ses projets font d'elle une ville du XXIe siècle. À voir, à faire : • Le centre historique. • La basilique Saint-Michel et son ensemble baroque. • Le bastion, actuel musée Jean Cocteau. • Les jardins de la Villa Maria Serena. • Le jardin des Serres de la Madone au 74 route de Gorbio. Fermé le lundi. Visites guidées tous les jours à 15h, durée d'environ 2h. • La palais Carnolès et son jardin au 3 avenue de la Madone. Fermé le mardi. Ancien palais des Princes de Monaco et musée des Beaux-Arts. • Fontana Rosa, le jardin des Romanciers. • Le jardin botanique du Val Rahmeh. • Les palaces Belle Époque. • Le boulevard de Garavan. • La Citronneraie au 69 corniche André Tardieu. Menton dispose d'un climat unique. Les températures subtropicales douces, peu ou pas de vent (pas de mistral), contribuent à une végétation très spécifique, y compris une variété d'agrumes et de plantes tropicales.
95
ντόπιοι προτείνουν
Menton
95
ντόπιοι προτείνουν
Dernière étape avant la frontière italienne, Menton est la ville du citron par excellence. Grâce aux hautes falaises qui la protègent, Menton bénéficie d'un climat exceptionnel lui permettant de cultiver le citron. C'est au mois de février, lors de la fête du citron, que des chars sont entièrement décorés de citrons et d'oranges. C'est superbement bien réalisé ! La ville est également réputée pour ses multiples jardins tropicaux comme les jardins de La Serre de la Madone, Val Rameh, Biovès, Fontana Rosa ou encore Maria Séréna. La vieille ville mérite également la visite. Menton est connue, dès le XVIIIe siècle, comme le pays où fleurit l'oranger. Au XIXe siècle, les premiers hivernants vont créer d'exceptionnelles harmonies végétales faisant de Menton la ville des jardins. Petite cité de type domanial appartenant à la famille génoise des Vento, Menton apparaît au XIIe siècle. En 1346, la ville est achetée par Charles Grimaldi, seigneur de Monaco. Son histoire se confond alors avec celle de la Principauté. En 1861, Charles III vend ses droits sur la ville à Napoléon III, Menton devient française. Elle est rattachée au département des Alpes-Maritimes. Conservatoire des grandes heures de la Riviera, Menton, profondément ancrée dans son histoire et son identité, est résolument tournée vers l'avenir. Ses récents aménagements urbains et l'ampleur de ses projets font d'elle une ville du XXIe siècle. À voir, à faire : • Le centre historique. • La basilique Saint-Michel et son ensemble baroque. • Le bastion, actuel musée Jean Cocteau. • Les jardins de la Villa Maria Serena. • Le jardin des Serres de la Madone au 74 route de Gorbio. Fermé le lundi. Visites guidées tous les jours à 15h, durée d'environ 2h. • La palais Carnolès et son jardin au 3 avenue de la Madone. Fermé le mardi. Ancien palais des Princes de Monaco et musée des Beaux-Arts. • Fontana Rosa, le jardin des Romanciers. • Le jardin botanique du Val Rahmeh. • Les palaces Belle Époque. • Le boulevard de Garavan. • La Citronneraie au 69 corniche André Tardieu. Menton dispose d'un climat unique. Les températures subtropicales douces, peu ou pas de vent (pas de mistral), contribuent à une végétation très spécifique, y compris une variété d'agrumes et de plantes tropicales.
'été, la petite ville de Juan-les-Pins s'anime et devient un site touristique incontournable. La station balnéaire compte un grand nombre de boutiques de vêtements, restaurants, cafés, Casino et boîtes de nuit. Ses plages de sable contribuent également à son large succès. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette ville un lieu de fête et d'amusement. L'événement musical majeur est Jazz à Juan, festival international de Jazz, qui a lieu au mois de juillet. Petite ville des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Juan-les-Pins est l'une des stations balnéaires les plus appréciées sur les bords de la mer Méditerranée. Quartier d'Antibes, à l'ouest du cap d'Antibes, la station est créée en 1882 et connaît une importante expansion dans le courant des années 1920. Appréciée des écrivains américains Ernest Hemingway et F. Scott Fitzgerald, elle s'est développée sous l'impulsion du riche Frank Jay Gould et d'Edouard Baudoin. Dès lors, la commune se pare d'un style de vie décontracté, ouvrant ses portes à toute la jeunesse européenne et internationale en quête d'amusement. Juan-les-Pins reste aujourd'hui appréciée pour ses restaurants, ses cafés, ses boîtes de nuit, son casino ou ses boutiques, autant que pour ses plages de sable fin qui offrent un espace de farniente sur la Grande Bleue. Vrai lieu de fête et d'amusement, qui a su conserver une architecture typique de ses grandes années, la station balnéaire entretien son image de cité du divertissement avec une vie culturelle forte et dynamique. En vous baladant dans Juan-les-Pins, laissez vous séduire par son architecture typique, admirant le Belles Rives et son mobilier des années 1930, la villa La Vigie, le Juana, classé aux Monuments Historiques, ou encore les nombreux bâtiments Art déco qui jalonnent votre parcours. Le port Gallice embrasse la baie de la cité, offrant un agréable lieu de promenade maritime, tandis que les plages de sable fin sont le lieu idéal pour buller, profiter du soleil ou pratiquer des activités nautiques. Ne ratez pas la Pinède Gould qui a vu Ray Charles ou Miles Davis faire leurs débuts européens, une allée d'empreintes dévoile les grands noms qui sont passés par là. Le parc Exflora vous permettra de découvrir plus de 330 essences végétales pour une promenade dépaysante et pleine de charme. Ne manquez pas non plus de passer par l'église Jeanne d'Arc ou l'église Notre-Dame de la Pinède pour apprécier une architecture typique de cette partie du sud de la France. Cité de loisirs et de divertissement, Juan-les-Pins regorge de restaurants de fruits de mer appétissants, et son casino au décor époustouflant, permet de s'initier aux jeux de hasard ou de découvrir différents artistes en représentation dans la région. Non loin, Antibes présente également un grand intérêt touristique, notamment grâce à ses nombreux musées.
111
ντόπιοι προτείνουν
Juan-les-Pins
111
ντόπιοι προτείνουν
'été, la petite ville de Juan-les-Pins s'anime et devient un site touristique incontournable. La station balnéaire compte un grand nombre de boutiques de vêtements, restaurants, cafés, Casino et boîtes de nuit. Ses plages de sable contribuent également à son large succès. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette ville un lieu de fête et d'amusement. L'événement musical majeur est Jazz à Juan, festival international de Jazz, qui a lieu au mois de juillet. Petite ville des Alpes-Maritimes, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Juan-les-Pins est l'une des stations balnéaires les plus appréciées sur les bords de la mer Méditerranée. Quartier d'Antibes, à l'ouest du cap d'Antibes, la station est créée en 1882 et connaît une importante expansion dans le courant des années 1920. Appréciée des écrivains américains Ernest Hemingway et F. Scott Fitzgerald, elle s'est développée sous l'impulsion du riche Frank Jay Gould et d'Edouard Baudoin. Dès lors, la commune se pare d'un style de vie décontracté, ouvrant ses portes à toute la jeunesse européenne et internationale en quête d'amusement. Juan-les-Pins reste aujourd'hui appréciée pour ses restaurants, ses cafés, ses boîtes de nuit, son casino ou ses boutiques, autant que pour ses plages de sable fin qui offrent un espace de farniente sur la Grande Bleue. Vrai lieu de fête et d'amusement, qui a su conserver une architecture typique de ses grandes années, la station balnéaire entretien son image de cité du divertissement avec une vie culturelle forte et dynamique. En vous baladant dans Juan-les-Pins, laissez vous séduire par son architecture typique, admirant le Belles Rives et son mobilier des années 1930, la villa La Vigie, le Juana, classé aux Monuments Historiques, ou encore les nombreux bâtiments Art déco qui jalonnent votre parcours. Le port Gallice embrasse la baie de la cité, offrant un agréable lieu de promenade maritime, tandis que les plages de sable fin sont le lieu idéal pour buller, profiter du soleil ou pratiquer des activités nautiques. Ne ratez pas la Pinède Gould qui a vu Ray Charles ou Miles Davis faire leurs débuts européens, une allée d'empreintes dévoile les grands noms qui sont passés par là. Le parc Exflora vous permettra de découvrir plus de 330 essences végétales pour une promenade dépaysante et pleine de charme. Ne manquez pas non plus de passer par l'église Jeanne d'Arc ou l'église Notre-Dame de la Pinède pour apprécier une architecture typique de cette partie du sud de la France. Cité de loisirs et de divertissement, Juan-les-Pins regorge de restaurants de fruits de mer appétissants, et son casino au décor époustouflant, permet de s'initier aux jeux de hasard ou de découvrir différents artistes en représentation dans la région. Non loin, Antibes présente également un grand intérêt touristique, notamment grâce à ses nombreux musées.
Mougins est un village plein de charme situé entre Cannes et l'arrière-pays grassois. A seulement 15 minutes de Cannes, ce village médiéval entouré de forêts vous invite à découvrir ses petites rues soigneusement fleuries, bordées de superbes maisons de village anciennes. Du haut de ses 260 mètres d’altitude, le village offre aussi un panorama grandiose sur la baie de Cannes, les îles du Lérins ainsi que Grasse et les Préalpes. Histoire de Mougins Le vieux village est perché sur une butte qui fut fortifiée au Moyen Age. Au XIe siècle, le conte d'Antibes fit don du village de Mougins à l'abbaye de Lérins qui le conserva jusqu'à la Révolution. Au XIXe siècle, la principale activité économique de la commune était la production de fleurs, notamment la Rose et le Jasmin pour l’industrie du Parfum à Grasse. C’est pendant la seconde moitié du XXe siècle que cette localité est devenue un haut lieu touristique et artistique de la Côte d'Azur. Sa lumière et sa tranquillité ont séduit de nombreux artistes et célébrités qui ont choisi d’y séjourner notamment Francis Picabia, Pablo Picasso (qui y a passé les 15 dernières années de sa vie), Jean Cocteau, Fernand Léger, Paul Eluard, Man Ray mais aussi Christian Dior, Edith Piaf ou Jacques Brel... Visiter Mougins et ses environs Le village de Mougins compte parmi ses attraits une vingtaine de galeries d'art et d’ateliers de peinture, de grands restaurants, sans oublier le charme de la vieille cité et de ses fontaines. La commune compte deux golfs, un Musée de l'Automobile et un Musée de la Photographie. Aux abords du village, on devine de luxueuses propriétés cachées dans de magnifiques parcs et jardins méditerranéens. En bordure du Parc Départemental de la Valmasque, vous pourrez visiter l'étang de Fontmerle, qui réunit le plus grand nombre de lotus d'Asie en Europe. Ce site remarquable compte également plus de 70 espèces d'oiseaux. Une étape gastronomique Mougins possède plus de 40 restaurants, dont le fameux Moulin de Mougins de Roger Vergé et le Restaurant Candille. Outre ces tables prestigieuses, des tables de grande qualité y proposent une cuisine gastronomique, traditionnelle, ou provençale. Le village doit aussi sa renommée gastronomique au Festival international de la gastronomie qui y est organisé chaque année au mois de septembre.
100
ντόπιοι προτείνουν
Μουζέν
100
ντόπιοι προτείνουν
Mougins est un village plein de charme situé entre Cannes et l'arrière-pays grassois. A seulement 15 minutes de Cannes, ce village médiéval entouré de forêts vous invite à découvrir ses petites rues soigneusement fleuries, bordées de superbes maisons de village anciennes. Du haut de ses 260 mètres d’altitude, le village offre aussi un panorama grandiose sur la baie de Cannes, les îles du Lérins ainsi que Grasse et les Préalpes. Histoire de Mougins Le vieux village est perché sur une butte qui fut fortifiée au Moyen Age. Au XIe siècle, le conte d'Antibes fit don du village de Mougins à l'abbaye de Lérins qui le conserva jusqu'à la Révolution. Au XIXe siècle, la principale activité économique de la commune était la production de fleurs, notamment la Rose et le Jasmin pour l’industrie du Parfum à Grasse. C’est pendant la seconde moitié du XXe siècle que cette localité est devenue un haut lieu touristique et artistique de la Côte d'Azur. Sa lumière et sa tranquillité ont séduit de nombreux artistes et célébrités qui ont choisi d’y séjourner notamment Francis Picabia, Pablo Picasso (qui y a passé les 15 dernières années de sa vie), Jean Cocteau, Fernand Léger, Paul Eluard, Man Ray mais aussi Christian Dior, Edith Piaf ou Jacques Brel... Visiter Mougins et ses environs Le village de Mougins compte parmi ses attraits une vingtaine de galeries d'art et d’ateliers de peinture, de grands restaurants, sans oublier le charme de la vieille cité et de ses fontaines. La commune compte deux golfs, un Musée de l'Automobile et un Musée de la Photographie. Aux abords du village, on devine de luxueuses propriétés cachées dans de magnifiques parcs et jardins méditerranéens. En bordure du Parc Départemental de la Valmasque, vous pourrez visiter l'étang de Fontmerle, qui réunit le plus grand nombre de lotus d'Asie en Europe. Ce site remarquable compte également plus de 70 espèces d'oiseaux. Une étape gastronomique Mougins possède plus de 40 restaurants, dont le fameux Moulin de Mougins de Roger Vergé et le Restaurant Candille. Outre ces tables prestigieuses, des tables de grande qualité y proposent une cuisine gastronomique, traditionnelle, ou provençale. Le village doit aussi sa renommée gastronomique au Festival international de la gastronomie qui y est organisé chaque année au mois de septembre.
Gastronomie
Restaurants recommandés sur le port de Marina Baie des Anges. Villeneuve-Loubet
6
ντόπιοι προτείνουν
La Flibuste - Martin's Restaurant
6
ντόπιοι προτείνουν
Restaurant Pink Lotus
1001 Avenue de la Batterie
Restaurant Villa Marina
Taj Mahal
1001 Avenue de la Batterie